My PhD in a Nutshell: Boring Election Campaigns?

Throughout the first post-war decades (1940-1980s), Swiss politics often give the impression of an exceptional political stability. Since party results did not change much from election to election, post-war election campaigns have long been deemed as unimportant or even « boring ». Looking at party archives (minutes of meetings, reports, statistics, election manifestos…) yet reveal another picture. In my PhD, I argue that Swiss political parties have undertook a modernization of their campaign practises throughout the post-war decades (i.e. with the use of surveys). Indeed, the strong segmentation of the Swiss party system in the 1940-1950s still asked for a regular mobilization of constituencies whose loyalties were not as stable as it seemed. The political equilibrium shifted in the 1960s, as new parties and movements emerged and as traditional party ties weakened. From this time onwards, political parties re-assessed their electoral strategies, as the status quo of past decades could no longer be maintained. Swiss politics entered a new period of increased polarization, exemplified by the 1979 neoliberal campaign of the Liberals under the motto “More Freedom, Less State”. By looking at the way Swiss parties tried to construct and maintain representation ties to Swiss citizens over time, my PhD thus shows that election campaigns in post-war Switzerland were, indeed, far from eventless or boring.

Des nouvelles de l’après-thèse

Oui, ce beau pays de cocagne existe bel et bien et me permet enfin de penser à autre chose qu’à mon « monstre » (ou mon manuscript de 450 pages). Une de mes envies depuis longtemps, c’était de reprendre ce carnet de recherche – en fait, je l’ai commencé sans doute trop tard dans le processus de rédaction de thèse, ce qui fait que je l’ai vite délaissé pour « vraiment » rédiger. Mais l’après-thèse devrait mieux se prêter à bloguer. Donc pour commencer, je voulais faire un petit état des lieux.

J’ai rendu avec un grand bonheur le 4 septembre dernier, ce qui méritait bien la photo obligatoire (merci à Niels. Ça ne se voit pas trop dessus mais j’avais dormi 2 heures la nuit précédente). Au total, je suis assez contente de ma dernière (et cinquième) année de thèse. Certes, j’aurais du rendre… en février, et pas en septembre, mais bon, six mois dans une vie, c’est pas grand chose. Disons qu’encore une fois dans ma courte vie, l’adage suivant a prévalu: Planification irréaliste 3 – Zoé 0. Enfin j’ai quand même réussi à travailler bien sans trop de stress, et je suis à peu près contente du résultat. L’aide de mes correctrices et correcteurs a été incomparable (j’en reparlerai bientôt). Et sinon, j’ai développé une hygiène de vie relativement monacale, mais ça m’a permis d’avancer (même avec du retard!) et surtout de ne pas paniquer: lever à 5h30 ou 6h, petit déj et démarrage tranquillou, travail jusqu’à 19h entrecoupé de pauses régulières. Le blocage d’internet installé par mon cher et tendre a eu raison de mes tendances procrastinatiques – quand je bloquais, je sortais me promener autour de chez nous (but classique: la « montagne puante » ou montagne-poubelle d’Oberwinterthour, rassurez-vous c’est assaini et très chouette, on voit même les Alpes quand il fait beau). Et je me suis fait un beau programme de podcasts (coucou France culture et NPR!) et de films pour relâcher la pression. J’avais du mal à parler au « monde extérieur » (mes sujets de conversation variant peu), mais j’en étais pas non plus coupée! Même si mes proches n’ont pas toujours compris mes problèmes et blocages, leur soutien a été essentiel – et ils ont aussi été très soulagés que je rende…

Depuis, j’ai repris une vie sociale et me retrouve même à me coucher tard (genre, même après minuit!), ce qui m’était pas arrivé depuis longtemps. Simplement, comme j’ai encore une forte tendance à faire des plannings irréalistes, je me suis retrouvée coincée entre articles à finir et candidatures à envoyer, parce que même après avoir rendu, il faut bien manger aussi. Mais dans l’ensemble, l’après-thèse, c’est vraiment chouette – je n’aurais jamais cru écrire ça, mais je trouve que dans l’ensemble, la thèse m’a poussée à encore plus profiter de la vie (justement quand il ne faut pas travailler!)

Des nouvelles d’une rentrée bien remplie, à tous égards

Après un été caniculaire, mais très sympa quoique relativement peu efficace (on mettra ça sur le manque de clim’ dans mon bureau fribourgeois), suivi d’une rentrée sur les chapeaux de roue, je profite d’un dimanche à la bibliothèque de droit de Fribourg pour reprendre ce carnet et faire un peu le point. Depuis mes derniers posts j’ai avancé cahin-caha sur mon chapitre 4 (La communication de campagne), et je viens juste de découvrir le concept-clé qui répond à pas mal de mes incertitudes: je vous en reparlerai. Mais j’ai surtout enfilé mon nouvel habit d’assistante d’enseignement et j’ai été assez prise par la préparation de mon Proséminaire sur l’analyse documentaire, ainsi que par la formation de didactique universitaire à laquelle je me suis inscrite cet été parce qu’apparemment, j’avais peur de m’ennuyer (planification irréaliste rebonjour). Et pendant ce temps, les politiques suisses sont rentrés en plein dans la campagne pour les élections fédérales de 2015. Entre ça et la situation avec les migrants qui me touche à titre bien plus personnel, je passe pas mal de temps à lire le journal. Sans parler de la politique d’asile de la Confédération, la politique suisse se montre en ce moment capable du pire comme du meilleur, du clip de l’UDC tout à fait vide de contenu et, je trouve, grandement inapproprié en ce moment, jusqu’aux débats sur la RTS qui sont souvent de bonne qualité – j’ai surtout beaucoup apprécié l’émission Moi candidat qui confronte des duos de jeunes candidats d’opinions opposées sur différentes thématiques. Un bon exemple qu’on peut (bien) parler de politique à la télé avec des formats proches du divertissement (tiens, il y aurait un bon post pour ce carnet à faire sur la question de la soit-disant perte de niveau de la politique à la télé avec les émissions d’infotainement et compagnie, j’aurais quelques rappels historiques à y apporter). Mais cette campagne est aussi marquée par l’augmentation (continue, cert toujours plus rude (alors qu’on peine à certains endroits à trouver des candidats pour les élections communales!), notamment pour les femmes qui sont toujours réduites à la portion congrue sur certaines listes – même en disposant habilement les photos des candidates sur les tracts, on se rend bien compte quand elles ne sont que 20 ou 30% des effectifs chez certains partis… Je participerai à ce sujet jeudi prochain 24 septembre à une soirée de présentation des candidates fribourgeoises à l’association Espacefemmes, rue Hans Fries à 19h. L’occasion de rappeller la genèse de ce type d’évènements depuis 1971, et les difficultés qu’avaient eu les premières candidates à s’imposer et à s’allier pour améliorer leurs chances d’êtres élues.

Belle rentrée à toutes et à tous!

 

Les règles du jeu de la politique suisse et l’entrée de nouveaux acteurs – Panel aux Journées suisses d’histoire

Un petit billet pour vous informer du panel intitulé « Macht(spiele) im Feld der Politik. Neue politische AkteurInnen und ihr Kampf um Einfluss » que je coorganise avec ma collègue bernoise Fabienne Amlinger aux Journées suisses d’histoire, à Lausanne du 9 au 11 juin 2016. Si ça vous intéresse, le Call for Papers est ouvert jusqu’au 25 août et on est très ouvert(es) à des propositions en français ou en anglais!

Le thème général des JSH, « Pouvoir(s) » me parle bien et d’ailleurs, les (nombreux) panels proposés ont tous l’air passionnants, ça va être dur de choisir! Je dois dire que je préfèrerais un format comme je l’ai vu au congrès de l’AFSP en 2013, avec moins de panels, mais du coup des thèmes plus (re-)structurés et d’intenses discussions, d’autant que certains panels (voire tous? j’ai oublié) duraient sur deux demi-journées. M’enfin.

De notre côté, nous avons eu envie de proposer une réflexion sur l’entrée dans le jeu politique de nouveaux acteurs. Vu nos passifs de recherche, on pensait particulièrement aux femmes après 1971, mais la question se pose évidemment pour bien d’autres acteurs, individuels (les « jeunes », récemment les « secondos »…) comme collectifs (nouveaux partis, mouvements sociaux). On peut faire de très belles comparaisons internationales d’ailleurs: le droit de pétition et d’initiative diminue certainement les « barrières à l’entrée » des processus de décision pour les nouveaux acteurs par rapport à d’autres pays. Ce qui m’a surprise en revanche, c’est que certains acteurs non partisans utilisent les campagnes électorales comme c’est fait en France à défaut d’autres plateformes pour se faire entendre: ainsi les Homophiles suisses ont-il tenté l’interpellation des partis dès la campagne électorale fédérale de 1971, de la même manière que nombre de mouvements sociaux français font signer des chartes aux partis et candidats lors des élections, surtout lors des présidentielles.

Ce que je trouve intéressant avec cette question c’est qu’on peut justement la penser de manière très diverse au niveau théorique: on peut se baser sur le champ politique avec Bourdieu, et/ou prendre une approche plus économiste comme je viens de le faire avec l’idée de barrière à l’entrée. Et je vous laisserai sur cette vaste question (rhétorique pour le moment): la politique suisse est-elle un cartel?

Pour une socio-histoire du politique dans la Suisse de l’après-guerre? Retour sur un atelier proposé aux Historiales

Depuis quelques années déjà, le programme doctoral de la Conférence des Universités de Suisse occidentale (CUSO) propose chaque année dans le cadre des Historiales aux doctorant.e.s du programme d’organiser eux-mêmes des ateliers à plusieurs (cf. le programme de cette année). Cette année, Hadrien Buclin et Pierre Raboud (Lausanne) et moi-même nous sommes lancés sur un atelier autour de l’histoire du politique dans la Suisse de l’après-guerre. En préparant l’atelier, nous avons pu constater qu’on était vraiment peu à travailler sur ces thèmes en Suisse romande. À première vue, nos objets de recherche paraissent en conséquence très éloignés: les intellectuels de gauche dans la Suisse de la guerre froide (Hadrien), le mouvement punk en comparaison dans plusieurs pays d’Europe (Pierre), et donc les partis suisses en campagne électorale dans l’après-guerre de mon côté. En termes d’approches en revanche, on travaille de manière similaire: en s’intéressant aux acteurs, aux processus, aux pratiques et aux discours, on est certainement plus proches d’une socio-histoire du politique, que d’une histoire des idées politiques par exemple. L’atelier a révélé d’autres similitudes: l’émergence de processus de politisation plus ou moins à la marge au cours de l’après-guerre, et les défis qu’ils constituèrent pour les acteurs de la politique « consensuelle ». Hadrien a montré comment le mouvement contre l’armement atomique dans les années 1958-1962 avait poussé les forces politiques traditionnelles à prendre position sur ce sujet brûlant (notamment le PS), et amorcé les futures mobilisations des années 1968. À la même époque, j’ai justement pu constater les premières peurs des partis politiques face à des électeurs de moins en moins reliés aux milieux partisans traditionnels, les dénommés « électeurs de la marge », « Randschichten der Wählerschaft ». Avec la présentation de Pierre, on arrive aux années 1980, à l’émergence de nouveaux mouvements contestataires, se manifestant notamment dans les « Jugendunruhen » dans les grandes villes, alors même que les nouveaux mouvements sociaux de 1968 paraissaient s’affaiblir en Europe. Les revendications punk d’espaces culturels autonomes ont là aussi ébranlé les élites, et notamment à gauche (le PS zurichois s’est déchiré sur ces questions dans les années 1981-82). On a profité ensuite des commentaires très pertinents de Mathieu Leimgruber ainsi que des questions (parfois très pointues!) du public. En bref une très bonne expérience, en particulier parce que ça a révélé des points de convergences inattendus.

Les autres ateliers étaient également très intéressants (l’un sur les Balkans, l’autre sur les échanges et réseaux culturels et économiques). Quant à la table ronde sur les humanités digitales, c’est ce qui m’a poussé à me (re-)mettre à ce carnet, et je vais m’en inspirer pour une séance du Forum fribourgeois pour l’histoire contemporaine qui aura lieu en septembre. Un beau succès donc, merci à tous (et surtout à Mari-Carmen Rodriguez pour l’organisation et m’avoir poussé à me lancer dans cette aventure!)

La solitude de la doctorante et les difficultés de la course de fond sous canicule

Un petit billet pour me lâcher sur ma journée typique aux Archives sociales suisses (à remplacer par « archives de l’État de Zurich », « archives cantonales vaudoises », « bibliothèque nationale » selon les jours), où, en gros, je ne sors de mes archives que pour parler à l’archiviste, et puis à midi à la boulangère ou au boulanger du coin. Une des choses que je trouve les plus difficiles dans la vie de doctorant à 100%, c’est de garder la notion du temps, quand les mois, puis les années s’écoulent sans qu’on se rende vraiment compte qu’on avance (alors que si, forcément). L’idée de ce carnet c’est donc d’ouvrir ma recherche vers l’extérieur, mais aussi de développer une hygiène d’écriture, de me satisfaire de petits textes plus simples, moins formels que pour la thèse. Je serai très contente d’avoir des retours!

A part ça, les Archives sociales suisses ont vraiment des places de travail très confortables et ils te font même des blagues tous les jours avec les mots de passe du Wifi, aujourd’hui c’est « EisZapfen » (glaçons), et il y en aurait bien besoin…

J’ai rendu une première version de mon chapitre 3 il y a deux semaines. Depuis je me remets lentement et j’amorce le chapitre suivant, qui portera sur les supports de communication des partis en campagne. En ce moment j’essaye de réorganiser mes idées, parce que la structure du chapitre sera moins évidente que ce que je croyais. Par exemple, j’ai fini de récolter toutes les affiches importantes des quatre campagnes que j’analyse, ça fait une bonne base de données. J’aurais très bien pu les analyser toutes ensemble, les unes à la suite des autres. Il faut dire que les affiches des années 1940-50 sont encore tellement riches picturalement parlant qu’on peut facilement y consacrer quatre pages d’analyse. Mais sans compter que je n’ai pas tant de place que ça, il y aurait un gros décalage avec les affiches des années 1970-80, qui se résument souvent à un slogan avec une jolie police, plus le logo du parti. Du coup j’ai repensé mon plan de chapitre, qui maintenant devrait ressembler à peu près à ça:

(je vous donne la version française, donc oui, les titres traduits sont assez moches)

Chapitre 4. Communiquer. La lutte des mots, images et symboles

I. Choisir le bon format: la communication partisane en image et texte: Dans cette partie je vais remonter les campagnes chronologiquement et montrer l’évolution des choix des partis quant aux formats de communication: affiches, tracts, brochures (plus ou moins longues), mais aussi films, objets publicitaires…

II. Le travail médiatique: De la presse partisane aux débats télévisés: Ici j’analyserai les grandes évolutions de la manière dont les partis intégrèrent les médias à leurs campagnes. Dans les années 1940-50 la presse partisane agit presque comme un bras du parti en reprenant souvent mot pour mot ses communiqués, le corolaire étant que les partis ne cherchent que peu à apparaître dans les journaux qui ne leur sont pas fidèles. (Par exemple, les congrès et autres assemblées de délégués n’étaient ouverts qu’à la propre presse partisane, les journalistes d’autres obédiences n’avaient donc pas de bruits de coulisse à se mettre sous la dent, seulement les communiqués et postulats officiels). À partir des années 1960, la pluralisation du paysage médiatique et l’entrée de la télévision en politique changent complètement la donne. Les partis doivent maintenant anticiper leur médiatisation, d’autant plus qu’ils se retrouvent en concurrence avec les autres partis pour obtenir l’attention des médias.

III. Nous, nos électeurs et les autres. Se (ré-)inventer en campagne

Ici je vais travailler sur la manière dont les partis se construisent une identité et une position dans l’espace politique et médiatique à travers les thèmes et motifs qu’ils choisissent – donc dans tous leurs supports de communication et dans leur travail médiatique (parties 1 et 2 traitaient de la forme, ici on arrive au fond). Pour le moment je compte développer autour de ces quelques grands thèmes:

a. Nation, peuple et démocratie (les représentations d’un peuple, voire d’un citoyen idéal en accord avec l’identité partisane, les références nationalistes, les questions migratoires à partir des années 1960)

b. Se projeter dans l’avenir: De l’avenir radieux à la protection de l’environnement (ou comment avec les peurs environnementales des années 1980, les affiches utilisant le symbole de l’autoroute comme promesse de progrès sont passées de mode…)

c. État et économie (en très brut de décoffrage on va de l’anticommunisme-réflexe au néolibéralisme imposé par le slogan « Weniger Staat mehr Freiheit » des radicaux à partir de 1979)

d. La Suisse et le monde en campagne (cf. mon post « Regarder ailleurs ». L’international s’invite en campagne comme point de comparaison, mais aussi comme sujet propre; en 1963 les radicaux avaient fait de l’Europe un gros argument de campagne, les temps ont bien changé…)

e. L’ordre et la morale… ou pas (les changements de valeurs sociétales en campagne, l’après-68 notamment. Je pensais par exemple que les femmes n’avaient pas réussi à imposer leurs thèmes dans la campagne historique de 1971, et puis j’ai vu que les femmes radicales vaudoises avaient quand même organisé une réunion publique sur la question de l’avortement dans le cadre de la campagne!)

Voilà. Donc maintenant il me reste « plus qu’à » continuer de faire le tour de tous les matériels de campagne qui peuvent être intéressants (je fais donc une base de données avec une sélection assez importante), et puis commencer à rédiger tout ça (et modifier ce plan un certain nombre de fois, j’imagine!)

Regarder ailleurs – la Suisse et le reste du monde pendant les campagnes électorales

Je suis souvent étonnée par l’incroyable ouverture internationale des médias suisses (en particulier par rapport à la France). D’ailleurs, ça ne m’a pas facilité la tâche au début de mon intégration ici et de mon travail de recherche: typiquement, sur DRS 4 News, la radio d’info suisse-alémanique, sur 15 minutes de nouvelles, vous aurez avec de la chance 3-4 minutes consacrées à la Suisse, le reste du temps étant dévolu à l’international (avec de très bons reportages d’ailleurs).

C’est aussi ce qui renforce l’impression de la non-importance des campagnes électorales suisses, d’autant plus que dans ma période d’étude, les résultats électoraux étaient encore très stables, et les médias s’intéressaient peu aux campagnes pour elles-mêmes (les coulisses, les conflits de personnes autour des candidatures, la préparation des affiches, tracts et slogans…) Dans les années 1990, une équipe de sociologues des médias a réalisé un travail extraordinaire sur les médias suisse-allemands des années 1930 aux années 1970, avec pour résultat trois volumes intitulés Medien und sozialer Wandel. On y trouve en particulier des « Medienereignishierarchien » réalisées par Esther Kamber, des classements des dix évènements les plus importants dans les journaux principaux pour une année donnée. Pour 1947, les élections fédérales n’apparaissent que dans les dix évènements les plus importants du journal social-démocrate Tagwacht, et encore, en quatrième place. Dans Tagwacht comme dans les trois autres journaux étudiés (Neue Zürcher Zeitung, Tagesanzeiger et Vaterland), certes, l’introduction historique de l’AVS (assurance viellesse et survivants) fait les gros titres, mais c’est surtout l’actualité internationale (bien chargée il est vrai) qui retient l’attention: la reconstruction partout en Europe, les déboires du nouveau gouvernement travailliste en Grande-Bretagne, la crise gouvernementale en France… Mais en y regardant de plus près, on se rend compte que la couverture de ces « évènements » n’est pas du tout la même selon les journaux et répond tout de même bien à une logique partisane: pour la NZZ notamment, il s’agit de décrédibiliser les alternatives travaillistes en Grande-Bretagne et en Suède. Lors du congrès du Parti socialiste suisse fin août 1947, le président Hans Oprecht s’en prendra nommément à la NZZ à ce sujet: c’est comme si le champ de bataille de la campagne électorale de 1947 avait été délocalisé ailleurs en Europe.

En l’occurence, l’étranger servait d’expérience politique in vivo pour des élites suisses inspirées (ou pas) par le vent réformiste touchant l’Europe en ces premières années d’après-guerre. C’est également courant que les pays voisins, qu’on connaît ici presque trop bien, soient à leur insu des invités des débats politiques. L’étranger sert cependant presque plus souvent de contre-modèle. (Et non, je ne commenterai pas le récent numéro de l’Hebdo « Au secours! Mon chef – mon voisin – mon beauf est Français – Guide de survie à l’usage des Suisses ». Je ne sais pas par où commencer.) Dans le cas de la France, il semble qu’en ce moment, les sempiternels constats catastrophistes sur l’état du pays empêchent absolument de s’en inspirer sur quoique ce soit. Ainsi j’ai bien ri quand le démocrate-chrétien valaisan Yannick Buttet, à la RTS en mars 2015, rejettait efficacement l’idée d’un PACS à la française en remarquant d’un air entendu qu’il vallait mieux, en général, ne pas s’inspirer de la France (rires gras des journalistes).

En dehors de ces bisbilles de voisinage, je vais continuer à creuser cette question de la manière dont les enjeux suisses, les lignes de conflit « se délocalisent » sur d’autres sociétés (la notion de transfert est ici très utile). C’est aussi en cela que même un sujet comme le mien n’est jamais de l’histoire suisse fermée au monde, mais bien de l’histoire suisse comprise comme un creuset d’influences diverses!

Kamber, Esther: Medienereignishierarchien 1930-1960 : Neue Zürcher Zeitung, Tages-Anzeiger, Tagwacht, Vaterland, in: Imhof, Kurt; Kleger, Heinz; Romano, Gaetano (Ed.): Konkordanz und Kalter Krieg. Analyse von Medienereignissen in der Schweiz der Zwischen- und Nachkriegszeit, Zürich 1996, p. 268.
les trois volumes en question:
Imhof, Kurt; Kleger, Heinz; Romano, Gaetano (Hg.): Konkordanz und Kalter Krieg. Analyse von Medienereignissen in der Schweiz der Zwischen- und Nachkriegszeit, Zürich 1996 (Krise und sozialer Wandel).
Imhof, Kurt; Kleger, Heinz; Romano, Gaetano; u. a. (Hg.): Zwischen Konflikt und Konkordanz. Analyse von Medienereignissen in der Schweiz der Vor- und Zwischenkriegszeit., Zürich 1993 (Krise und sozialer Wandel).
Vom Kalten Krieg zur Kulturrevolution: Analyse von Medienereignissen in der Schweiz der 50er und 60er Jahre, Zürich 1999 (Krise und sozialer Wandel).

La Suisse est-elle une femme?

C’est ce genre de questions à première vue un peu absurdes que ce carnet va me permettre de poser. En effet, « genrer » un pays et toute une population peut sembler avoir peu de sens. Ces derniers temps je me suis cependant retrouvée face à plusieurs formes d’une sorte de femme-Suisse qui se répondent étrangement.

D’abord une affiche bien choquante de l’UDC, qui m’a interpellé au printemps chaque fois que je passais devant à la gare de Winterthour. Simplicité de l’image: une photo parue dans la presse, montrant le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker faisant la bise à la présidente de la Confédération Simmoneta Sommaruga (l’article du Bund en lien évoque les soucis juridiques que cela aurait pu occasionner à l’UDC). Simplicité du slogan aussi: « Wähle lieber SVP! », « Vote plutôt UDC! » Avec la photo, on comprend « et non les partis ‘vendus à l’Europe’, ‘traitres' ». Qu’il s’agisse d’une femme, présidente de la Confédération, se faisant embrasser la joue, n’est clairement pas anodin. La traitrise prend ici une dimension genrée, quasiment sexuelle.

Je m’en serais arrêtée là dans mes considérations sur le genre de la Suisse si je n’étais pas tombée sur un article du Temps, fort intéressant d’ailleurs, racontant une réunion UDC formant des militants aux lettres de lecteurs comme moyen d’action anti-Europe (et donc pro-UDC). Le journaliste y rapporte cette exclamation d’un retraité, au fond de la salle: « La Suisse est la p*** de l’Europe! » On peut trouver du mérite à ce monsieur à formuler tout haut ce que même l’affiche UDC n’ose pas expliciter. On peut noter d’ailleurs que le traitement de la « trahison » d’Evelyne Widmer-Schlumpf empruntait les mêmes lignes sexuelles et genrées.

Mais cette Suisse que l’UDC aime tant, comment peut-elle être p***? La nation comme ces voisines européennes a depuis le 19ème siècle fait l’objet de représentations sous la forme d’une femme idéalisée, notamment sur les pièces de monnaie – ici Helvetia, là Germania ou Marianne. Il ne faut pas s’étonner que cette femme idéale, dans des démocraties qui n’étaient encore que des Männerdemokratien, se voie attribuer selon les cas des représentations particulièrement caricaturales du féminin. Ainsi cette affiche de 1918 pour le « oui » à la proportionelle pour les élections au Conseil national met en scène Helvetia servant une saucisse aux citoyens: sous le scrutin majoritaire, elle se désole de voir le riche et puissant se l’accaparer, tandis qu’avec la proportionnelle, elle la partage entre citoyens. Helvetia n’est ici pas qu’une égérie de la démocratie, elle remplit le rôle dévolu aux Suissesses généralement absentes des illustrations politiques de l’époque: nourrir le peuple (masculin).

En bref, comme la femme typique des représentations collectives, la Suisse, l’Helvetia se retrouve tour à tour femme idéale, mère nourricière ou … putain, selon le rôle politique qu’on lui attribue. Et avec elle apparemment, ses plus hautes représentantes, depuis 1971 et l’élargissement du droit de vote et d’éligibilité aux Suissesses.

Pourquoi ce carnet, Histoire politique suisse 2.0?

L’histoire politique en Suisse n’a pas bonne cote – très parcellaire, elle se contente souvent encore de réaliser une « histoire des grands hommes » ou une histoire des idées politiques découplée des pratiques politiques. Ces dernières années, une historiographie renouvelée a pourtant remis en cause certains mythes – notamment en montrant comment la « formule magique » (la composition du Conseil fédéral, le collège gouvernemental) était le fruit de tractations de longue haleine et non le produit d’un système politique souvent essentialisé comme « consensuel ». Ma thèse s’inscrit dans ces renouvellements historiographiques en s’intéressant aux campagnes électorales, un objet souvent ignoré en histoire dû à l’importance symbolique de la démocratie directe qui fait souvent oublier que le système politique suisse fonctionne d’abord avec des élus. Ces vingt dernières années, la communication politique s’est cependant fondamentalement transformée – notamment sous l’impulsion de la désormais très droitière Union démocratique du centre (UDC). La période précédente, celle de la guerre froide ,marquée en Suisse par un consensus large autour de la « défense spirituelle », est alors souvent perçue comme un âge d’or de la politique suisse, pendant lequel la politique paraissait très consensuelle, et les logiques électoralistes semblaient ne jouer aucun rôle. En s’inspirant des approches de la socio-histoire du politique française ou de la Kulturgeschichte des Politischen allemande, je me penche sur les archives des partis en campagne pour retracer la manière dont les acteurs partisans vivent et « font » la campagne. En particulier, j’ai pu montrer que, contrairement à une croyance tenace, la communication politique dite « moderne », avec son cortège de conseillers en communication, de sondages et d’autres investissements coûteux pour s’attirer le vote des électeurs, n’était pas due à l’UDC des années 1990-2000, mais avait commencé bien avant – les campagnes du PS suisse des années 1940 étant par exemple déjà entièrement conçues par un publicitaire. Ce carnet vise à compléter ma rédaction de thèse en proposant des réflexions sur cette « nouvelle » histoire politique suisse, quant à mes premiers résultats, mais également au niveau méthodologique (analyse de sources d’archives, étapes de la rédaction…).

Voilà donc le pourquoi de ce carnet. Après quelques problèmes techniques, je peux enfin me lancer. Je vais essayer de poster le plus régulièrement possible, pour maintenir une bonne hygiène d’écriture – comme beaucoup je me retrouve bien dans l’idée d’écrire une thèse en (minimum) 15 minutes par jour, comme le propose Joan Bolker (Writing your dissertation in fifteen minutes a day: a guide to starting, revising, and finishing your doctoral thesis, New York 2009). Je me fais le plaisir d’écrire en français, ma langue maternelle, pour souffler un peu de la rédaction en allemand!