La Suisse est-elle une femme?

C’est ce genre de questions à première vue un peu absurdes que ce carnet va me permettre de poser. En effet, « genrer » un pays et toute une population peut sembler avoir peu de sens. Ces derniers temps je me suis cependant retrouvée face à plusieurs formes d’une sorte de femme-Suisse qui se répondent étrangement.

D’abord une affiche bien choquante de l’UDC, qui m’a interpellé au printemps chaque fois que je passais devant à la gare de Winterthour. Simplicité de l’image: une photo parue dans la presse, montrant le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker faisant la bise à la présidente de la Confédération Simmoneta Sommaruga (l’article du Bund en lien évoque les soucis juridiques que cela aurait pu occasionner à l’UDC). Simplicité du slogan aussi: « Wähle lieber SVP! », « Vote plutôt UDC! » Avec la photo, on comprend « et non les partis ‘vendus à l’Europe’, ‘traitres' ». Qu’il s’agisse d’une femme, présidente de la Confédération, se faisant embrasser la joue, n’est clairement pas anodin. La traitrise prend ici une dimension genrée, quasiment sexuelle.

Je m’en serais arrêtée là dans mes considérations sur le genre de la Suisse si je n’étais pas tombée sur un article du Temps, fort intéressant d’ailleurs, racontant une réunion UDC formant des militants aux lettres de lecteurs comme moyen d’action anti-Europe (et donc pro-UDC). Le journaliste y rapporte cette exclamation d’un retraité, au fond de la salle: « La Suisse est la p*** de l’Europe! » On peut trouver du mérite à ce monsieur à formuler tout haut ce que même l’affiche UDC n’ose pas expliciter. On peut noter d’ailleurs que le traitement de la « trahison » d’Evelyne Widmer-Schlumpf empruntait les mêmes lignes sexuelles et genrées.

Mais cette Suisse que l’UDC aime tant, comment peut-elle être p***? La nation comme ces voisines européennes a depuis le 19ème siècle fait l’objet de représentations sous la forme d’une femme idéalisée, notamment sur les pièces de monnaie – ici Helvetia, là Germania ou Marianne. Il ne faut pas s’étonner que cette femme idéale, dans des démocraties qui n’étaient encore que des Männerdemokratien, se voie attribuer selon les cas des représentations particulièrement caricaturales du féminin. Ainsi cette affiche de 1918 pour le « oui » à la proportionelle pour les élections au Conseil national met en scène Helvetia servant une saucisse aux citoyens: sous le scrutin majoritaire, elle se désole de voir le riche et puissant se l’accaparer, tandis qu’avec la proportionnelle, elle la partage entre citoyens. Helvetia n’est ici pas qu’une égérie de la démocratie, elle remplit le rôle dévolu aux Suissesses généralement absentes des illustrations politiques de l’époque: nourrir le peuple (masculin).

En bref, comme la femme typique des représentations collectives, la Suisse, l’Helvetia se retrouve tour à tour femme idéale, mère nourricière ou … putain, selon le rôle politique qu’on lui attribue. Et avec elle apparemment, ses plus hautes représentantes, depuis 1971 et l’élargissement du droit de vote et d’éligibilité aux Suissesses.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *