Regarder ailleurs – la Suisse et le reste du monde pendant les campagnes électorales

Je suis souvent étonnée par l’incroyable ouverture internationale des médias suisses (en particulier par rapport à la France). D’ailleurs, ça ne m’a pas facilité la tâche au début de mon intégration ici et de mon travail de recherche: typiquement, sur DRS 4 News, la radio d’info suisse-alémanique, sur 15 minutes de nouvelles, vous aurez avec de la chance 3-4 minutes consacrées à la Suisse, le reste du temps étant dévolu à l’international (avec de très bons reportages d’ailleurs).

C’est aussi ce qui renforce l’impression de la non-importance des campagnes électorales suisses, d’autant plus que dans ma période d’étude, les résultats électoraux étaient encore très stables, et les médias s’intéressaient peu aux campagnes pour elles-mêmes (les coulisses, les conflits de personnes autour des candidatures, la préparation des affiches, tracts et slogans…) Dans les années 1990, une équipe de sociologues des médias a réalisé un travail extraordinaire sur les médias suisse-allemands des années 1930 aux années 1970, avec pour résultat trois volumes intitulés Medien und sozialer Wandel. On y trouve en particulier des « Medienereignishierarchien » réalisées par Esther Kamber, des classements des dix évènements les plus importants dans les journaux principaux pour une année donnée. Pour 1947, les élections fédérales n’apparaissent que dans les dix évènements les plus importants du journal social-démocrate Tagwacht, et encore, en quatrième place. Dans Tagwacht comme dans les trois autres journaux étudiés (Neue Zürcher Zeitung, Tagesanzeiger et Vaterland), certes, l’introduction historique de l’AVS (assurance viellesse et survivants) fait les gros titres, mais c’est surtout l’actualité internationale (bien chargée il est vrai) qui retient l’attention: la reconstruction partout en Europe, les déboires du nouveau gouvernement travailliste en Grande-Bretagne, la crise gouvernementale en France… Mais en y regardant de plus près, on se rend compte que la couverture de ces « évènements » n’est pas du tout la même selon les journaux et répond tout de même bien à une logique partisane: pour la NZZ notamment, il s’agit de décrédibiliser les alternatives travaillistes en Grande-Bretagne et en Suède. Lors du congrès du Parti socialiste suisse fin août 1947, le président Hans Oprecht s’en prendra nommément à la NZZ à ce sujet: c’est comme si le champ de bataille de la campagne électorale de 1947 avait été délocalisé ailleurs en Europe.

En l’occurence, l’étranger servait d’expérience politique in vivo pour des élites suisses inspirées (ou pas) par le vent réformiste touchant l’Europe en ces premières années d’après-guerre. C’est également courant que les pays voisins, qu’on connaît ici presque trop bien, soient à leur insu des invités des débats politiques. L’étranger sert cependant presque plus souvent de contre-modèle. (Et non, je ne commenterai pas le récent numéro de l’Hebdo « Au secours! Mon chef – mon voisin – mon beauf est Français – Guide de survie à l’usage des Suisses ». Je ne sais pas par où commencer.) Dans le cas de la France, il semble qu’en ce moment, les sempiternels constats catastrophistes sur l’état du pays empêchent absolument de s’en inspirer sur quoique ce soit. Ainsi j’ai bien ri quand le démocrate-chrétien valaisan Yannick Buttet, à la RTS en mars 2015, rejettait efficacement l’idée d’un PACS à la française en remarquant d’un air entendu qu’il vallait mieux, en général, ne pas s’inspirer de la France (rires gras des journalistes).

En dehors de ces bisbilles de voisinage, je vais continuer à creuser cette question de la manière dont les enjeux suisses, les lignes de conflit « se délocalisent » sur d’autres sociétés (la notion de transfert est ici très utile). C’est aussi en cela que même un sujet comme le mien n’est jamais de l’histoire suisse fermée au monde, mais bien de l’histoire suisse comprise comme un creuset d’influences diverses!

Kamber, Esther: Medienereignishierarchien 1930-1960 : Neue Zürcher Zeitung, Tages-Anzeiger, Tagwacht, Vaterland, in: Imhof, Kurt; Kleger, Heinz; Romano, Gaetano (Ed.): Konkordanz und Kalter Krieg. Analyse von Medienereignissen in der Schweiz der Zwischen- und Nachkriegszeit, Zürich 1996, p. 268.
les trois volumes en question:
Imhof, Kurt; Kleger, Heinz; Romano, Gaetano (Hg.): Konkordanz und Kalter Krieg. Analyse von Medienereignissen in der Schweiz der Zwischen- und Nachkriegszeit, Zürich 1996 (Krise und sozialer Wandel).
Imhof, Kurt; Kleger, Heinz; Romano, Gaetano; u. a. (Hg.): Zwischen Konflikt und Konkordanz. Analyse von Medienereignissen in der Schweiz der Vor- und Zwischenkriegszeit., Zürich 1993 (Krise und sozialer Wandel).
Vom Kalten Krieg zur Kulturrevolution: Analyse von Medienereignissen in der Schweiz der 50er und 60er Jahre, Zürich 1999 (Krise und sozialer Wandel).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *