La solitude de la doctorante et les difficultés de la course de fond sous canicule

Un petit billet pour me lâcher sur ma journée typique aux Archives sociales suisses (à remplacer par « archives de l’État de Zurich », « archives cantonales vaudoises », « bibliothèque nationale » selon les jours), où, en gros, je ne sors de mes archives que pour parler à l’archiviste, et puis à midi à la boulangère ou au boulanger du coin. Une des choses que je trouve les plus difficiles dans la vie de doctorant à 100%, c’est de garder la notion du temps, quand les mois, puis les années s’écoulent sans qu’on se rende vraiment compte qu’on avance (alors que si, forcément). L’idée de ce carnet c’est donc d’ouvrir ma recherche vers l’extérieur, mais aussi de développer une hygiène d’écriture, de me satisfaire de petits textes plus simples, moins formels que pour la thèse. Je serai très contente d’avoir des retours!

A part ça, les Archives sociales suisses ont vraiment des places de travail très confortables et ils te font même des blagues tous les jours avec les mots de passe du Wifi, aujourd’hui c’est « EisZapfen » (glaçons), et il y en aurait bien besoin…

J’ai rendu une première version de mon chapitre 3 il y a deux semaines. Depuis je me remets lentement et j’amorce le chapitre suivant, qui portera sur les supports de communication des partis en campagne. En ce moment j’essaye de réorganiser mes idées, parce que la structure du chapitre sera moins évidente que ce que je croyais. Par exemple, j’ai fini de récolter toutes les affiches importantes des quatre campagnes que j’analyse, ça fait une bonne base de données. J’aurais très bien pu les analyser toutes ensemble, les unes à la suite des autres. Il faut dire que les affiches des années 1940-50 sont encore tellement riches picturalement parlant qu’on peut facilement y consacrer quatre pages d’analyse. Mais sans compter que je n’ai pas tant de place que ça, il y aurait un gros décalage avec les affiches des années 1970-80, qui se résument souvent à un slogan avec une jolie police, plus le logo du parti. Du coup j’ai repensé mon plan de chapitre, qui maintenant devrait ressembler à peu près à ça:

(je vous donne la version française, donc oui, les titres traduits sont assez moches)

Chapitre 4. Communiquer. La lutte des mots, images et symboles

I. Choisir le bon format: la communication partisane en image et texte: Dans cette partie je vais remonter les campagnes chronologiquement et montrer l’évolution des choix des partis quant aux formats de communication: affiches, tracts, brochures (plus ou moins longues), mais aussi films, objets publicitaires…

II. Le travail médiatique: De la presse partisane aux débats télévisés: Ici j’analyserai les grandes évolutions de la manière dont les partis intégrèrent les médias à leurs campagnes. Dans les années 1940-50 la presse partisane agit presque comme un bras du parti en reprenant souvent mot pour mot ses communiqués, le corolaire étant que les partis ne cherchent que peu à apparaître dans les journaux qui ne leur sont pas fidèles. (Par exemple, les congrès et autres assemblées de délégués n’étaient ouverts qu’à la propre presse partisane, les journalistes d’autres obédiences n’avaient donc pas de bruits de coulisse à se mettre sous la dent, seulement les communiqués et postulats officiels). À partir des années 1960, la pluralisation du paysage médiatique et l’entrée de la télévision en politique changent complètement la donne. Les partis doivent maintenant anticiper leur médiatisation, d’autant plus qu’ils se retrouvent en concurrence avec les autres partis pour obtenir l’attention des médias.

III. Nous, nos électeurs et les autres. Se (ré-)inventer en campagne

Ici je vais travailler sur la manière dont les partis se construisent une identité et une position dans l’espace politique et médiatique à travers les thèmes et motifs qu’ils choisissent – donc dans tous leurs supports de communication et dans leur travail médiatique (parties 1 et 2 traitaient de la forme, ici on arrive au fond). Pour le moment je compte développer autour de ces quelques grands thèmes:

a. Nation, peuple et démocratie (les représentations d’un peuple, voire d’un citoyen idéal en accord avec l’identité partisane, les références nationalistes, les questions migratoires à partir des années 1960)

b. Se projeter dans l’avenir: De l’avenir radieux à la protection de l’environnement (ou comment avec les peurs environnementales des années 1980, les affiches utilisant le symbole de l’autoroute comme promesse de progrès sont passées de mode…)

c. État et économie (en très brut de décoffrage on va de l’anticommunisme-réflexe au néolibéralisme imposé par le slogan « Weniger Staat mehr Freiheit » des radicaux à partir de 1979)

d. La Suisse et le monde en campagne (cf. mon post « Regarder ailleurs ». L’international s’invite en campagne comme point de comparaison, mais aussi comme sujet propre; en 1963 les radicaux avaient fait de l’Europe un gros argument de campagne, les temps ont bien changé…)

e. L’ordre et la morale… ou pas (les changements de valeurs sociétales en campagne, l’après-68 notamment. Je pensais par exemple que les femmes n’avaient pas réussi à imposer leurs thèmes dans la campagne historique de 1971, et puis j’ai vu que les femmes radicales vaudoises avaient quand même organisé une réunion publique sur la question de l’avortement dans le cadre de la campagne!)

Voilà. Donc maintenant il me reste « plus qu’à » continuer de faire le tour de tous les matériels de campagne qui peuvent être intéressants (je fais donc une base de données avec une sélection assez importante), et puis commencer à rédiger tout ça (et modifier ce plan un certain nombre de fois, j’imagine!)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *