Pour une socio-histoire du politique dans la Suisse de l’après-guerre? Retour sur un atelier proposé aux Historiales

Depuis quelques années déjà, le programme doctoral de la Conférence des Universités de Suisse occidentale (CUSO) propose chaque année dans le cadre des Historiales aux doctorant.e.s du programme d’organiser eux-mêmes des ateliers à plusieurs (cf. le programme de cette année). Cette année, Hadrien Buclin et Pierre Raboud (Lausanne) et moi-même nous sommes lancés sur un atelier autour de l’histoire du politique dans la Suisse de l’après-guerre. En préparant l’atelier, nous avons pu constater qu’on était vraiment peu à travailler sur ces thèmes en Suisse romande. À première vue, nos objets de recherche paraissent en conséquence très éloignés: les intellectuels de gauche dans la Suisse de la guerre froide (Hadrien), le mouvement punk en comparaison dans plusieurs pays d’Europe (Pierre), et donc les partis suisses en campagne électorale dans l’après-guerre de mon côté. En termes d’approches en revanche, on travaille de manière similaire: en s’intéressant aux acteurs, aux processus, aux pratiques et aux discours, on est certainement plus proches d’une socio-histoire du politique, que d’une histoire des idées politiques par exemple. L’atelier a révélé d’autres similitudes: l’émergence de processus de politisation plus ou moins à la marge au cours de l’après-guerre, et les défis qu’ils constituèrent pour les acteurs de la politique « consensuelle ». Hadrien a montré comment le mouvement contre l’armement atomique dans les années 1958-1962 avait poussé les forces politiques traditionnelles à prendre position sur ce sujet brûlant (notamment le PS), et amorcé les futures mobilisations des années 1968. À la même époque, j’ai justement pu constater les premières peurs des partis politiques face à des électeurs de moins en moins reliés aux milieux partisans traditionnels, les dénommés « électeurs de la marge », « Randschichten der Wählerschaft ». Avec la présentation de Pierre, on arrive aux années 1980, à l’émergence de nouveaux mouvements contestataires, se manifestant notamment dans les « Jugendunruhen » dans les grandes villes, alors même que les nouveaux mouvements sociaux de 1968 paraissaient s’affaiblir en Europe. Les revendications punk d’espaces culturels autonomes ont là aussi ébranlé les élites, et notamment à gauche (le PS zurichois s’est déchiré sur ces questions dans les années 1981-82). On a profité ensuite des commentaires très pertinents de Mathieu Leimgruber ainsi que des questions (parfois très pointues!) du public. En bref une très bonne expérience, en particulier parce que ça a révélé des points de convergences inattendus.

Les autres ateliers étaient également très intéressants (l’un sur les Balkans, l’autre sur les échanges et réseaux culturels et économiques). Quant à la table ronde sur les humanités digitales, c’est ce qui m’a poussé à me (re-)mettre à ce carnet, et je vais m’en inspirer pour une séance du Forum fribourgeois pour l’histoire contemporaine qui aura lieu en septembre. Un beau succès donc, merci à tous (et surtout à Mari-Carmen Rodriguez pour l’organisation et m’avoir poussé à me lancer dans cette aventure!)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *