Les règles du jeu de la politique suisse et l’entrée de nouveaux acteurs – Panel aux Journées suisses d’histoire

Un petit billet pour vous informer du panel intitulé « Macht(spiele) im Feld der Politik. Neue politische AkteurInnen und ihr Kampf um Einfluss » que je coorganise avec ma collègue bernoise Fabienne Amlinger aux Journées suisses d’histoire, à Lausanne du 9 au 11 juin 2016. Si ça vous intéresse, le Call for Papers est ouvert jusqu’au 25 août et on est très ouvert(es) à des propositions en français ou en anglais!

Le thème général des JSH, « Pouvoir(s) » me parle bien et d’ailleurs, les (nombreux) panels proposés ont tous l’air passionnants, ça va être dur de choisir! Je dois dire que je préfèrerais un format comme je l’ai vu au congrès de l’AFSP en 2013, avec moins de panels, mais du coup des thèmes plus (re-)structurés et d’intenses discussions, d’autant que certains panels (voire tous? j’ai oublié) duraient sur deux demi-journées. M’enfin.

De notre côté, nous avons eu envie de proposer une réflexion sur l’entrée dans le jeu politique de nouveaux acteurs. Vu nos passifs de recherche, on pensait particulièrement aux femmes après 1971, mais la question se pose évidemment pour bien d’autres acteurs, individuels (les « jeunes », récemment les « secondos »…) comme collectifs (nouveaux partis, mouvements sociaux). On peut faire de très belles comparaisons internationales d’ailleurs: le droit de pétition et d’initiative diminue certainement les « barrières à l’entrée » des processus de décision pour les nouveaux acteurs par rapport à d’autres pays. Ce qui m’a surprise en revanche, c’est que certains acteurs non partisans utilisent les campagnes électorales comme c’est fait en France à défaut d’autres plateformes pour se faire entendre: ainsi les Homophiles suisses ont-il tenté l’interpellation des partis dès la campagne électorale fédérale de 1971, de la même manière que nombre de mouvements sociaux français font signer des chartes aux partis et candidats lors des élections, surtout lors des présidentielles.

Ce que je trouve intéressant avec cette question c’est qu’on peut justement la penser de manière très diverse au niveau théorique: on peut se baser sur le champ politique avec Bourdieu, et/ou prendre une approche plus économiste comme je viens de le faire avec l’idée de barrière à l’entrée. Et je vous laisserai sur cette vaste question (rhétorique pour le moment): la politique suisse est-elle un cartel?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *