Pourquoi ce carnet, Histoire politique suisse 2.0?

L’histoire politique en Suisse n’a pas bonne cote – très parcellaire, elle se contente souvent encore de réaliser une « histoire des grands hommes » ou une histoire des idées politiques découplée des pratiques politiques. Ces dernières années, une historiographie renouvelée a pourtant remis en cause certains mythes – notamment en montrant comment la « formule magique » (la composition du Conseil fédéral, le collège gouvernemental) était le fruit de tractations de longue haleine et non le produit d’un système politique souvent essentialisé comme « consensuel ». Ma thèse s’inscrit dans ces renouvellements historiographiques en s’intéressant aux campagnes électorales, un objet souvent ignoré en histoire dû à l’importance symbolique de la démocratie directe qui fait souvent oublier que le système politique suisse fonctionne d’abord avec des élus. Ces vingt dernières années, la communication politique s’est cependant fondamentalement transformée – notamment sous l’impulsion de la désormais très droitière Union démocratique du centre (UDC). La période précédente, celle de la guerre froide ,marquée en Suisse par un consensus large autour de la « défense spirituelle », est alors souvent perçue comme un âge d’or de la politique suisse, pendant lequel la politique paraissait très consensuelle, et les logiques électoralistes semblaient ne jouer aucun rôle. En s’inspirant des approches de la socio-histoire du politique française ou de la Kulturgeschichte des Politischen allemande, je me penche sur les archives des partis en campagne pour retracer la manière dont les acteurs partisans vivent et « font » la campagne. En particulier, j’ai pu montrer que, contrairement à une croyance tenace, la communication politique dite « moderne », avec son cortège de conseillers en communication, de sondages et d’autres investissements coûteux pour s’attirer le vote des électeurs, n’était pas due à l’UDC des années 1990-2000, mais avait commencé bien avant – les campagnes du PS suisse des années 1940 étant par exemple déjà entièrement conçues par un publicitaire. Ce carnet vise à compléter ma rédaction de thèse en proposant des réflexions sur cette « nouvelle » histoire politique suisse, quant à mes premiers résultats, mais également au niveau méthodologique (analyse de sources d’archives, étapes de la rédaction…).

Voilà donc le pourquoi de ce carnet. Après quelques problèmes techniques, je peux enfin me lancer. Je vais essayer de poster le plus régulièrement possible, pour maintenir une bonne hygiène d’écriture – comme beaucoup je me retrouve bien dans l’idée d’écrire une thèse en (minimum) 15 minutes par jour, comme le propose Joan Bolker (Writing your dissertation in fifteen minutes a day: a guide to starting, revising, and finishing your doctoral thesis, New York 2009). Je me fais le plaisir d’écrire en français, ma langue maternelle, pour souffler un peu de la rédaction en allemand!