Des nouvelles d’une rentrée bien remplie, à tous égards

Après un été caniculaire, mais très sympa quoique relativement peu efficace (on mettra ça sur le manque de clim’ dans mon bureau fribourgeois), suivi d’une rentrée sur les chapeaux de roue, je profite d’un dimanche à la bibliothèque de droit de Fribourg pour reprendre ce carnet et faire un peu le point. Depuis mes derniers posts j’ai avancé cahin-caha sur mon chapitre 4 (La communication de campagne), et je viens juste de découvrir le concept-clé qui répond à pas mal de mes incertitudes: je vous en reparlerai. Mais j’ai surtout enfilé mon nouvel habit d’assistante d’enseignement et j’ai été assez prise par la préparation de mon Proséminaire sur l’analyse documentaire, ainsi que par la formation de didactique universitaire à laquelle je me suis inscrite cet été parce qu’apparemment, j’avais peur de m’ennuyer (planification irréaliste rebonjour). Et pendant ce temps, les politiques suisses sont rentrés en plein dans la campagne pour les élections fédérales de 2015. Entre ça et la situation avec les migrants qui me touche à titre bien plus personnel, je passe pas mal de temps à lire le journal. Sans parler de la politique d’asile de la Confédération, la politique suisse se montre en ce moment capable du pire comme du meilleur, du clip de l’UDC tout à fait vide de contenu et, je trouve, grandement inapproprié en ce moment, jusqu’aux débats sur la RTS qui sont souvent de bonne qualité – j’ai surtout beaucoup apprécié l’émission Moi candidat qui confronte des duos de jeunes candidats d’opinions opposées sur différentes thématiques. Un bon exemple qu’on peut (bien) parler de politique à la télé avec des formats proches du divertissement (tiens, il y aurait un bon post pour ce carnet à faire sur la question de la soit-disant perte de niveau de la politique à la télé avec les émissions d’infotainement et compagnie, j’aurais quelques rappels historiques à y apporter). Mais cette campagne est aussi marquée par l’augmentation (continue, cert toujours plus rude (alors qu’on peine à certains endroits à trouver des candidats pour les élections communales!), notamment pour les femmes qui sont toujours réduites à la portion congrue sur certaines listes – même en disposant habilement les photos des candidates sur les tracts, on se rend bien compte quand elles ne sont que 20 ou 30% des effectifs chez certains partis… Je participerai à ce sujet jeudi prochain 24 septembre à une soirée de présentation des candidates fribourgeoises à l’association Espacefemmes, rue Hans Fries à 19h. L’occasion de rappeller la genèse de ce type d’évènements depuis 1971, et les difficultés qu’avaient eu les premières candidates à s’imposer et à s’allier pour améliorer leurs chances d’êtres élues.

Belle rentrée à toutes et à tous!