L’histoire politique suisse est-elle ennuyeuse ? Ou le potentiel encore inexploité des archives des partis politiques suisses

Avec ce billet en forme de petite provocation, je voudrais profiter du bouclage de mon livre pour donner un aperçu des archives partisanes en Suisse et des possibilités qu’elles offrent aux chercheuses, étudiantes, enseignantes ou citoyennes intéressées (ce billet sera mis à jour, je me réjouis de vos retours). Particulièrement quand j’en parlais avec des Suisses(ses), j’ai passé ma thèse à devoir expliquer pourquoi je m’intéressais à quelque chose d’apparemment aussi inintéressant que la politique suisse, qui dans les représentations collectives fait figure de fleuve tranquille, sans histoires de règlements de compte, d’espionnage russe, de fraude fiscale ou d’adultère discuté au grand jour (encore que). Cette impression d’ennui vaut particulièrement pour les premières décennies d’après-guerre, c’est à dire avant la montée de la « nouvelle » UDC dans les années 1990. Ces années d’« avant »  font souvent figure d’âge d’or d’une culture du consensus helvétique, sans qu’on aille vraiment creuser ce qui se passait réellement derrière la stabilité des résultats électoraux.1 Dans ma thèse,2 je me suis demandée comment les partis négociaient les profondes mutations sociales de la période à l’occasion des campagnes électorales, qui sont justement des séquences où ils « font le point », actualisent leur position et leur offre politique. De l’accession tardive des Suissesses au suffrage jusqu’aux questions environnementales ou au changement des habitudes de vote, l’après-guerre n’a clairement pas été un long fleuve tranquille pour les partis politiques suisses.

Bref, je vous garantis que je ne me suis pas ennuyée à travailler sur la politique suisse, y compris sur un objet aussi peu « sexy » que les… partis politiques, particulièrement quand ils dominent le champ politique – comme dans d’autres pays, il y a souvent plus de travaux sur les petits partis des marges politiques. Au contraire, au fur et à mesure de ma recherche, je me suis rendue compte de tout ce qu’on ne savait toujours pas.3 Ces dernières années, les appels à renouveller l’histoire politique suisse et particulièrement l’histoire des partis se sont multipliés, à la croisée de la socio-histoire du politique francophone et de la Kulturgeschichte des Politischen germanophone,4 mais il y a encore beaucoup de sujets à traiter et de questions à poser, et ça tombe bien, il y aussi plein de fonds d’archives accessibles! Dans ce billet, je voudrais en donner un aperçu, discuter des biais potentiels et des questions encore à explorer.

Tour d’horizon des archives partisanes en Suisse

Le dépôt des archives des partis politiques n’est pas institutionnalisé en Suisse, ce qui d’un point de vue éthique pose la question de la transparence de leurs actions (et en particulier de leurs finances). Pour les chercheuses, cela implique des situations et des démarches très variées. En voici un tour d’horizon à partir de mes propres démarches, qui se sont limitées aux quatre partis principaux, au niveau fédéral et dans trois cantons (Vaud, Tessin et Zurich), et seulement jusque dans les années 1980. Evidemment, la situation peut à nouveau varier pour d’autres cantons et/ou pour des sections locales, dont les archives ont pu être déposées dans des archives institutionnelles, mais sont inégalement dotées (j’y reviendrai).

Accès aux archives des quatre grands partis au niveau fédéral et dans trois cantons (années 1940-1980)

  Parti fédéral Zurich Vaud Tessin
Parti des paysans, agrariens et indépendants (PAI)Après 1971: Union démocratique du centre (UDC) PAI : secrétariat de l’UDC bernoise
UDC : secrétariat de l’UDC Suisse
Secrétariat de l’UDC zurichoise Secrétariat UDC Vaud Secrétariat UDC Tessin
Parti démocrate-chrétien (PDC) Archives fédérales suisses Secrétariat PDC Zurich Archives cantonales vaudoises Archives cantonales tessinoises
Parti radical-démocratique (PRD) Archives fédérales suisses
Secrétariat PLR suisse
Archives cantonales zurichoises Archives cantonales vaudoises Archives cantonales tessinoises
Parti socialiste (PS) Archives sociales suisses* Archives sociales suisses* Archives cantonales vaudoises* Archives cantonales tessinoises*

Seulement les fonds marqués d’une * sont ceux accessibles sans autorisation.  Les socialistes sont exemplaires dans ce domaine. On peut y retrouver la conscience précoce de l’importance des archives au sein du mouvement ouvrier, dans le but de pouvoir dire sa propre histoire. En Suisse, cette attention aux archives et à l’histoire « par le bas » se retrouve particulièrement à  l’Association pour l’étude de l’histoire du mouvement ouvrier (AÉHMO)5, à la Fondazione Pellegrini Canevascini per la storia sociale della Svizzera italiana (FPC)6 et aux Archives sociales suisses à Zurich, qui accueillent les fonds de nombreux mouvements sociaux et donc aussi des partis de gauche. Depuis ces institutions jusqu’aux Archives d’Etat de différents cantons, les archives des partis socialistes sont ainsi non seulement accessibles, bien cataloguées mais aussi très complètes, notamment en ce qui concerne les procès-verbaux (ceux des congrès fédéraux sont même publiés). Le parti a également publié des livres de jubilé importants,7 en ce qu’ils ne font pas que commémorer son histoire, mais proposent également des retours critiques sur son rapport au mouvement ouvrier, aux changements dans l’électorat ou aux nouveaux mouvements sociaux et complètent ainsi les travaux académiques existants.8

Parmi les partis bourgeois au niveau fédéral, seuls les fonds du PDC suisse sont comparables à ceux du PS. Ils sont accessibles sur autorisation aux Archives sociales suisses – il y a eu des cas de refus que le parti n’a pas à justifier.9 Dans l’histoire de ce parti et plus largement des différents mouvements catholiques, on retrouve également une certaine conscience de l’importance d’écrire l’histoire d’un point de vue « catholique » puis « démocrate-chrétien », qui se retrouve aussi dans une série de travaux réalisés par et autour d’Urs Altermatt à l’Université de Fribourg.10 Sur la période qui nous intéresse, la richesse des fonds du PDC suisse (procès-verbaux, coupures de presse, matériel de campagne des autres partis, nombreux rapports…) semble en grande partie due à l’action de Martin Rosenberg, secrétaire général de 1941 à 1968, qui publiait par exemple ses propres rapports de statistique électorale avant même l’Office fédéral de la statistique. Au Tessin, le PDC, qui a longtemps été dans une situation de duopole avec le Parti radical, a également conservé des archives riches qui ont été superbement cataloguées. Pour les petits partis démocrates-chrétiens vaudois et zurichois, les archives sont plus modestes mais renseignent sur l’ancrage chrétien-social de ces partis dans les cantons protestants.

Les archives des partis agrariens sont conséquentes mais accessibles seulement sur autorisation au secrétariat des différents partis. L’incertitude qui en résulte représente un frein conséquent à la recherche. Je n’ai pas obtenu d’autorisation de consultation de la part du parti fédéral, mais au moins des partis zurichois et bernois où j’ai été bien reçue. Clairement, ce qui semblait le plus inquiéter les salariés et dirigeants était l’épineuse question des finances, y compris lorsqu’il s’agissait des années 1940. Et on peut penser que le manque d’ouverture du parti correspond aussi à une volonté de contrôler sa propre histoire – alors que depuis les années 1990, les historiens et politistes ont discuté des ruptures et continuités dans les discours et pratiques entre l’ancien PAI et l’actuelle UDC.11 Ces dernières années, le parti produit d’ailleurs de nombreux livres à l’occasion de jubilés, qui contiennent des éléments intéressants, mais pêchent sans surprise par hagiographie, en faisant de l’élément agrarien le fil rouge de la mythologie partisane.12 En même temps, cet archivage « maison » ne permet pas non plus aux partis fédéral comme cantonaux d’assurer une bonne conservation des documents – et encore moins un bon classement. Des fonds zurichois cités dans un très intéressant travail de mémoire de 2007 n’étaient ainsi plus trouvables en 2014.13

La politique archivistique des Radicaux est moins claire : mis à part la question de la transparence qui a également du peser dans la décision du parti fédéral de me refuser l’accès, je m’interroge sur un certain laisser-aller en la matière, qui explique aussi en partie le manque de travaux sur ce parti – une autre raison étant certainement le manque d’intérêt de beaucoup d’historien-ne-s pour le parti historique de l’Etat fédéral (mis à part Olivier Meuwly.14) Ces dernières années, avec l’idée d’un déclin du parti ayant précipité avec lui une certaine idée de l’Etat à la Suisse, des journalistes se sont intéressés à son histoire la plus récente.15 Et on trouve également des livres de jubilés au niveau des partis cantonaux ou des sections, preuve que les Radicaux peuvent s’intéresser à leur propre histoire.16

Les archives partisanes et le piège d’une approche structuraliste des partis

Que trouve-t-on alors dans les fonds des partis suisses ? C’est très variable. A minima, quelques statuts rapports d’activité ou comptes-rendus de réunions des instances; au mieux, tous ces documents mais de manière systématique, avec en plus : des rapports (p.ex sur les campagnes), les supports de communication avec leurs différentes versions, des cartes, des statistiques, de la correspondance à foison… C’est en bonne partie fonction de l’activité du secrétariat en question (plus il a de moyens humains et tend à se professionnaliser, plus il collecte de sources d’information, et produit lui-même des sources) avant même d’être une question d’archivage. Au vu de ces fonds d’archives certes inégaux, mais conséquents, la tentation peut être grande de se concentrer sur les structures officielles, surtout vu le manque de travaux, particulièrement au niveau cantonal. Ce type d’approche est certainement utile et a donné lieu à des monographies intéressantes.17

Avec une telle focale sur un parti et ses structures, il ne faudrait cependant pas oublier de replacer l’objet « parti » dans le champ politique :18

D’abord, par rapport aux autres partis avec lesquelles ils entretiennent selon les cas des relations de concurrence ou collaboration, comme l’a très bien analysé Anne-Vaia Fouradoula dans le cas des partis de gauche.19 En m’intéressant à quatre partis en période de campagne électorale, je n’ai pas pu ignorer cette dimension relationnelle de la vie des partis, qui se pose avec la constitution d’alliances électorales (apparentements de listes au Conseil National, doubles « tickets » avec un candidat de chaque parti pour le Conseil des Etats. En outre, étudier les actions de promotion des candidat-e-s sont particulièrement éclairantes à cet égard : sachant que les électeur-rice-s peuvent cumuler, biffer (rayer) les candidat-e-s sur leur liste et même les panacher entre divers partis, ces actions peuvent contribuer à modifier les équilibres politiques à l’intérieur des partis voire sur le champ politique (c’était le pari d’Operation Libero en 2019, mais ce n’est pas nouveau !) Une des questions que j’ai d’ailleurs renoncé à creuser davantage est celle des rapports entre partis au niveau fédéral au-delà de leurs possibles accords au niveau cantonal. L’idée d’un « pacte de non-aggression » entre partis présents au Conseil fédéral est souvent avancée dans la litérature20 mais on sait finalement peu sur le concret d’une telle entente électorale. On peut penser que parmi les quatre partis présents au Conseil fédéral, les partis bourgeois se voyaient avant tout entre eux, donc sans les socialistes – déjà parce que les politiciens bourgeois se retrouvaient davantage dans les mêmes conseils d’administration, les mêmes associations économiques, patriotiques, ect. Leur collaboration était en outre institutionalisée pour un grand nombre de campagnes référendaires, mais on trouve aussi des traces de rencontres au niveau fédéral facilitées par des acteurs bourgeois comme l’agence de presse Correspondance politique suisse,21 ce qui reste donc à creuser.

 

Ensuite, à l’intérieur même d’un parti. Dans un passionant article adoptant une approche socio-historique du Parti communiste et de sa « crise », Julian Mischi recommande d’aller voir l’activité partisane là où elle se fait, en se détachant des structures.22 Et là je plaide coupable, vu que notre projet a mis l’accent sur le niveau fédéral et cantonal et sur les instances dirigeantes à ces deux niveaux. En même temps, pour un début, c’était déjà quelque chose, qui a permis de mettre en avant des particularités cantonales et de passionants « jeux d’échelles ».23 Pour la suite, il faudrait vraiment aller chercher l’activité partisane là où elle se fait, jusqu’à partir d’un village24 ou d’un quartier25

Elargir la perspective sur l’objet « parti » implique donc clairement de varier au maximum le type de sources utilisées, à commencer par s’intéresser aux sections ou encore aux mouvements proches des partis. Pour finir ce billet, j’évoquerai encore deux pistes.

Autour de la vie partisane : bases de données, iconographie et médias

Il existe tout d’abord toute une série de ressources facilement accessibles indépendamment des archives proprement partisanes. Déjà, je me suis beaucoup appuyée sur des instruments de recherche comme le Dictionnaire historique de la Suisse (évidemment), la moins connue Base de données des élites suisses au XXe siècle issue d’un passionnant projet FNS mené à Lausanne, ou encore l’Année politique suisse qui chronique depuis 1966 la vie politique suisse (le site web est une mine d’or, et les coupures de presse qui servent de base sont accessibles grâce au fonds de l’Institut de science politique aux Archives fédérales suisses!). En ce qui concerne les publications des partis et leurs supports de communication (tracts, objets…), certaines archives les ont collecté patiemment dans des dossiers thématiques (voir ceux des Archives sociales suisses, des Archives d’histoire contemporaine à Zurich, ou encore du Pôle documentaire sur la vie politique, sociale et économique en Suisse à Lausanne). Vu l’importance des affiches pour la publicité commerciale comme la communication politique dans l’histoire suisse26 les catalogues d’affiches des bibliothèques (rassemblées au sein de la Collection suisse d’affiches) et musées (par exemple la collection en ligne du Musée des arts graphiques de Zurich) sont également des ressources incomparables, même si leur utilisation est souvent contrainte par des problèmes de droit d’auteur. Evidemment, ces collections ont leurs propres biais de constitution, mais en évitant toute approche systématique ou carrément quantitative (du type : tel type de visuel était dominant, tel type de pratique n’existait pas) et en recroisant avec des sources récoltées par d’autres biais, on arrive à se rendre compte de grandes tendances, par exemple sur la possibilité (ou non) d’attaquer personnellement ses opposants politiques (negative campaigning – plus répandu dans les années 1940-50 que plus tard).

Justement, pour mieux cerner les limites du faisable et du dicible dans un certain contexte politique, Je me suis beaucoup appuyée sur les médias. Là aussi, les collections d’articles comme celles de l’Année politique suisse ou des Archives sociales suisses, voire celles de Martin Rosenberg himself, ont leurs propres biais de collection, mais leur dépouillage permet de retrouver certaines focales: par exemple, un intérêt général pour les scandales de campagne (p.ex sur les questions de financement, ou encore la constitution des listes). Or les scandales permettent de révéler ce qui est peut-être faisable, mais est mal vu et peut donc conduire à de la mauvaise presse, voire à des sanctions à l’intérieur du parti. Evidemment, aujourd’hui il est difficile d’ignorer les nombreux journaux digitalisés accessibles en lign (voir notamment la plateforme de la Bibliothèque nationale ou encore le projet de recherche Impresso). Je m’en suis également servie – par exemple pour retrouver le parcours de personnes peu connues. Mais c’est davantage le dépouillage des revues de presse thématiques et de titres de presse sur le temps long (par exemple les illustrés) qui m’ont permis d’aborder les transformations de la place des médias dans les campagnes – publicité comprise, qu’on ne retrouve pas forcément avec les bases de données de journaux numérisés. Pour les médias audiovisuels, j’ai opté pour une petite sélection d’archives glanées  à la Phonotèque nationale, à la fondation MEMORIAV et aux Archives de la RTS, afin de retracer les évolutions des émissions électorales à la radio et à la télévision. Là aussi, tout va bien tant qu’on ne prétend pas que ce choix est exhaustif, vu qu’il manque des archives en particulier pour les premières décennies. Recouper avec les discussions dans la presse permet aussi de cerner les débats, p.ex autour des premiers (et derniers) spots télévisés de campagne de l’histoire suisse en 1971.27 Bien entendu, pour approfondir ce travail, il faudrait également aller voir dans les archives papier de la RTS pour mieux appréhender la perspective des dirigeants et des journalistes quant au rôle de leur média dans la démocratie suisse.

Les hommes et femmes de parti, leurs sources et leur histoire

Enfin, si j’ai adopté une perspective assez globalisante des partis dans ma thèse, c’est aussi que je ne voulais pas tomber dans une analyse trop centrée sur quelques « grands hommes », comme on la retrouve souvent dans les livres de jubilé mais aussi dans certains ouvrages centrés sur un parti. En conséquence, je n’ai pas vraiment développé l’approche prosoprographique et encore moins biographique, me contentant de resituer globalement les acteurs des instances dirigeantes dont j’ai dépouillé les sources – dont le profil s’approche au niveau fédéral de celui des parlementaires étudié par Andrea Pilotti.28 Pour autant, nombre de parcours personnels sont clairement passionnants et permettent de comprendre les proximités entre certains partis, mouvements sociaux, associations économiques – je me suis ainsi beaucoup intéressée au parcours du publicitaire anti-Etat Robert Eibel dont je croisais souvent la trace. Ces dernières années, des ouvrages et projets de recherche novateurs se sont d’ailleurs penchés sur les parcours de militants politiques en Suisse.29 C’est aussi grâce à l’histoire orale que Fabienne Amlinger a pu enquêter sur les sections féminines des trois principaux partis politiques suisses en tenant compte des perceptions et des ressentis des premières politiciennes suisses vis-à-vis des phénomènes d’exclusion (ou d’intégration timide) dont elles ont fait l’objet.30

Du côté d’hommes (ou de femmes) politiques davantage établis, on peut également trouver des documents d’égo-histoire ou des histoires de parti,31 qui sont intéressantes justement pour en questionner la perspective. En outre, certaines personnalités politiques ont déposé des fonds très riches. Parmi ceux que j’ai consultés:

  • les archives privées du consultant en publicité Victor Cohen proche du Parti socialiste aux Archives sociales suisses
  • les archives privées de l’ancien conseiller national agrarien Walther Hofer aux Archives fédérales suisses contiennent des documents permettant de mieux comprendre le tournant du PAI/UDC dans les années 1960-70
  • les fonds déposés par le radical vaudois Edouard Debétaz qui contiennent aussi beaucoup de matériel de campagne de divers partis.

Entre suivre le parcours de personnalités politiques (ou de « citoyens ordinaires » ?), enquêter sur la politique « au village » ou démêler les relations complexes des acteurs politiques, économiques et politiques en Suisse, il y a donc largement de quoi vaincre l’ennui!

 

  1. On retrouve cette projection du « gentleman’s agreement » tant dans des travaux académiques que dans les représentations courantes, par exemple dans les manuels de campagne électorale, Burgos, Elie; Mazzoleni, Oscar; Rayner, Hervé: La formule magique. Conflits et consensus partisans dans l’élection du Conseil fédéral, Lausanne 2011, p. 48; Gruner, Erich: Die Parteien in der Schweiz, Bern 19772, p. 96; Katz, Richard S.; Mair, Peter: Changing Models of Party Organization and Party Democracy. The Emergence of the Cartel Party, in: Party Politics 1 (1), 1995, pp. 19–20; Balsiger, Mark: Wahlkampf statt Blindflug? Die Puzzleteile für erfolgreiche Kampagnen: ein Handbuch für politisch Interessierte – mit Fallbeispielen auf allen drei Stufen, Bern 2014, p. 10. []
  2. Es ist nicht selbstverständlich, dass man uns wählt“. Schweizer Parteien im Wahlkampf (1947-1983) [« Ce n’est pas évident qu’on vote pour nous ». Les partis politiques suisses en campagne électorale (1947-1983), réalisée dans le cadre du projet FNS Political Parties and Election Campaigns in Post-war Switzerland. La version intégrale du manuscript est disponible sur HAL, j’ai beaucoup réduit les détails et autres circonvolutions pour le livre (j’en parlerai bientôt). []
  3. Symptomatique de ce manque, il y a peu d’ouvrages proposant une perspective d’ensemble sur les partis suisses. Voir quand même Gruner, Erich: Die Parteien in der Schweiz, Bern 19772; Meuwly, Olivier: Les partis politiques: Acteurs de l’histoire suisse, Lausanne 2010; Vatter, Adrian: Das politische System der Schweiz, Baden-Baden 2016; Mazzoleni, Oscar; Rayner, Hervé (ed.): Les partis politiques suisses: traditions et renouvellements, Paris 2009; Mazzoleni, Oscar; Altermatt, Urs; Epiney, Astrid (ed.): Die Parteien in Bewegung: Nachbarschaft und Konflikte, Zürich 2013. []
  4. Müller, Philipp; David, Thomas: Plädoyer für eine Erneuerung der Geschichte der politischen Parteien in der Schweiz, in: Traverse : Zeitschrift für Geschichte = Revue d’histoire 14 (1), 2007, pp. 16–24; Bott, Sandra; Crousaz, Karine; Schaufelbuehl, Janick Marina u. a.: L’histoire politique en Suisse – une esquisse historiographique, in: Traverse 20 (1), 2013, S. 200–211.Späti, Christina: Historische Parteienforschung in der Schweiz. Überblick, Forschungsstand und neue Perspektiven, in: Traverse : Zeitschrift für Geschichte = Revue d’histoire 20 (1), 2013, pp. 156–172. []
  5. Voir Enckell Marianne, Petit guide dans les fonds d’archives de l’AEHMO, Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier 34, 2018, pp. 13‑30. []
  6. Voir à ce sujet Fontana, Letizia: Le mouvement ouvrier tessinois dans les photographies de la Fondazione Pellegrini-Canevascini (fin du XIXe siècle – 1945), in: Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier 31, 2015, pp. 128‑140. []
  7. Hablützel et al. (ed.): Solidarität, Widerspruch, Bewegung, 1988; redboox; Sozialdemokratische Partei der Schweiz: Einig – aber nicht einheitlich, 2013. []
  8. Voir notamment Bollinger Philipp, Die sozialdemokratische Partei der Schweiz und der gesellschaftliche Wandel nach 1959, mémoire de licence non publié, Université de Bâle 1991; Degen, Bernard: Sozialdemokratie: Gegenmacht? Opposition? Bundesratspartei? Die Geschichte der Regierungsbeteiligung der schweizerischen Sozialdemokraten, Zurich 1993; Kunz, Matthias: Polarisierung und Desintegration: Meinungslogik und Orientierungswandel im Freisinn und in der Sozialdemokratie vor dem Ersten Weltkrieg (1910-1914), thèse non publiée, Université de Zurich 2000; Zimmermann, Adrian: Von der Klassen- zur Volkspartei? Anmerkungen zum ideologischen Selbstverständnis und zur gesellschaftlichen Basis der SPS im „kurzen 20. Jahrhundert, in: Traverse : Zeitschrift für Geschichte = Revue d’histoire 14 (1), 2007, pp. 95-113. []
  9. Voir à ce sujet Amlinger, Fabienne: Im Vorzimmer zur Macht? Die Frauenorganisationen der SPS, FDP und CVP (1971 bis 1995), Zürich 2017, pp. 38-41. []
  10. Sur la deuxième partie du XXè siècle, Altermatt, Urs: Katholizismus und Moderne. Zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte der Schweizer Katholiken im 19. und 20. Jahrhundert, Zurich 1989; Zenhäusern, Martin: Die Schweizerische Konservative Volkspartei in den 1940er Jahren, in: Altermatt, Urs (ed.): Schweizer Katholizismus im Umbruch 1945–1990, Fribourg 1993, pp. 149–161; Flury, Christophe: Von der Defensive zur gültigen Präsenz. Die Konservativ-Christlichsoziale Volkspartei der Schweiz in der Zeit nach dem Zweiten Weltkrieg (1950–1960), mémoire de licence non publié, Université de Fribourg 1994; Altermatt, Urs: Das historische Dilemma der CVP. Zwischen katholischem Milieu und bürgerlicher Mittepartei, Baden 2012. []
  11. Voir en particulier Jost, Hans-Ulrich: Tradition und Modernität in der SVP, in: Traverse : Zeitschrift für Geschichte = Revue d’histoire 14 (1), 2007, pp. 25–44; Kriesi, Hanspeter: Der Aufstieg der SVP : acht Kantone im Vergleich, Zurich 2005; Mazzoleni, Oscar: Nationalisme et populisme en Suisse: la radicalisation de la « nouvelle » UDC, Lausanne 2008; Skenderovic, Damir: The Radical Right in Switzerland: Continuity and Change, 1945-2000, New York/Oxford 2009; Zürcher, Regula: Von der mehrheitskonformen Standespartei zur oppositionellen Volkspartei. Die Positionierung der Bauern-, Gewerbe- und Bürgerpartei und späteren Schweizerischen Volkspartei von 1920-2003, in: Traverse : Zeitschrift für Geschichte = Revue d’histoire 14 (1), 2007. []
  12. Mörgeli, Christoph: Bauern, Bürger, Bundesräte. Hundert Jahre Zürcher SVP: 1917–2017, Zurich 2017; UDC Vaud (ed.): Il était une fois… le 13 janvier 1921. 90è anniversaire de la fondation du PAI, [Lausanne] 2011. []
  13. Schnydrig, Samuel: Aufstieg und Wandel einer Kantonalpartei: strukturelle und programmatische Entwicklung der Zürcher SVP, 1971 bis 1991, mémoire de licence non publié, Université de Fribourg 2007. []
  14. Voir notamment Meuwly, Olivier: Les partis politiques: Acteurs de l’histoire suisse, Lausanne 2010; Pour une histoire des partis politiques. Le cas du parti radical-démocratique suisse, in: Mazzoleni, Oscar; Rayner, Hervé (ed.): Les partis politiques suisses: traditions et renouvellements, Paris 2009, pp. 88–123; L’unité impossible : le Parti radical-démocratique suisse à la Belle Epoque, 1891-1914, Hauterive 2007; Aux sources du radicalisme: les origines de la démocratie libérale, Berne 1992. []
  15. Cassidy, Alan; Loser, Philipp: Der Fall FDP. Eine Partei verliert ihr Land, Zurich 2015. []
  16. Kummer, Peter: Liberalismus in der Gemeinde : FDP Meilen 1918-2018, [Meilen] 2018. []
  17. Par exemple Wicki, Julien: On ne monte pas sur les barricades pour réclamer le frigidaire pour tous: histoire sociale et politique du Parti socialiste vaudois (1945-1971), Lausanne 2007; Bernardi, Tobia: «In direzione ostinata e contraria». Storia del Partito operaio e contadino ticinese (1944-1959), mémoire de licence non publié, Université de Fribourg 2015. []
  18. Là-dessus, je m’inspire de la sociologie politique bourdieusienne, et des réflections menées notamment en études genre sur les possibilités d’entrée de nouvelles actrices: Bourdieu, Pierre: Propos sur le champ politique, Lyon 2000; Lagroye, Jacques; François, Bastien; Sawicki, Frédéric: Sociologie politique, Paris 20126; Parini, Lorena: Domination/Pouvoir, in: Achin, Catherine; Bereni, Laure (ed.): Dictionnaire genre & science politique: concepts, objets, problèmes, Paris 2013, pp. 180–189; Amlinger, Fabienne: Im Vorzimmer zur Macht? Die Frauenorganisationen der SPS, FDP und CVP (1971-1995), 2017, pp. 364–367. []
  19. Fouradoulas, Anne-Vaïa: Die radikale und gemässigte Linke. Ein zwiespältiges Verhältnis zwischen Einvernehmen und Missbiligung, in: Mazzoleni, Oscar; Meuwly, Olivier (ed.): Die Parteien in Bewegung: Nachbarschaft und Konflikte, Zurich 2013, pp. 179–201. []
  20. Notamment chez Gruner, Erich; Daetwyler, Martin; Zosso, Oscar: Aufstellung und Auswahl der Kandidaten bei den Nationalratswahlen in der Schweiz am Beispiel der Wahlen von 1971, Berne 1975, p. 87; Burgos, Elie; Mazzoleni, Oscar; Rayner, Hervé: La formule magique: Conflits et consensus partisans dans l’élection du Conseil fédéral, Lausanne 2011, p. 53; Ladner, Andreas: Politische Parteien, in: Knoepfel, Peter; Papadopoulos, Yannis; Sciarini, Pascal u. a. (ed.): Handbuch der Schweizer Politik : Manuel de la politique suisse, Zurich 2017, p. 363. []
  21. Pendant la campagne de 1963, son directeur Josef Jäger se félicite ainsi d’avoir réuni les partis bourgeois lors de « rencontres sporadiques », Archives fédérales suisses J2.181 1987/52_63_532, Jäger, Josef: Die Tätigkeit der SPK. Rückblick und Ausblick im Vorfeld der Nationalratswahlen 1963, Vortrag an der Generalversammlung der SPK, 18.06.1963. []
  22. Mischi, Julian: Faire la socio-histoire d’une institution « en crise ». Enjeux et techniques d’une socio-genèse du déclin du PCF, in: Buton, François; Mariot, Nicolas (ed.): Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris 2009, pp. 87–106. []
  23. Revel, Jacques (1996), « Micro-analyse et construction du social », in Revel Jacques (ed.), Jeux d’échelles. La micro-analyse de l’expérience, Paris, pp. 16-36. []
  24. Un exemple daté mais tout de même intéressant: Windisch, Uli: Lutte de clans, lutte de classes : Chermignon, la politique au village, Lausanne 1976. []
  25. Voir la thèse passionante de Yassin Boughaba sur Renens, Boughaba, Yassin: Citoyennetés populaires en Suisse. Sociabilités et politique à Renens (1945-2013), thèse non publiée, Université de Lausanne 2016. []
  26. Voir Roth, Simon: L’affiche suisse, une source au service de l’historien?, in: Traverse 17 (2), 2010, pp. 147-158. []
  27. On trouve des archives et de la documentation sur cet épisode aux Archives sociales suisses. []
  28. Pilotti, Andrea: Entre démocratisation et professionnalisation: le Parlement suisse et ses membres de 1910 à 2016, Zurich 2016. []
  29. Voir notamment ce panel aux dernières Journées suisses d’histoire ou encore Pereira, Nuno: Anti-impérialisme et nouvelle gauche radicale dans la Suisse des années 68, thèse non publiée, Université de Lausanne 2015; Péchu, Cécile; Chevillard, Julien; Gottraux, Philippe u. a.: De nouveaux mouvements sociaux durant les années 1968 ? Penser la structuration localisée des engagements « soixante-huitards » en Suisse, in: Revue francaise de science politique Vol. 69 (2), 2019, pp. 33–63; Buclin, Hadrien: Entre culture du consensus et critique sociale : les intellectuels de gauche dans la Suisse de l’après-guerre (1945-1968), Lausanne 2019. []
  30. Amlinger, Fabienne: Im Vorzimmer zur Macht? Die Frauenorganisationen der SPS, FDP und CVP (1971–1995), Zurich 2017. []
  31. Par exemple Dietschi, Eugen: 60 Jahre Eidgenössische Politik – Ein Beitrag zur Parteigeschichte des schweizerischen Freisinns, Bern 1979. []

Zoé Kergomard

Post-Doc Researcher at the German Historical Institute of Paris. In my new project, I look at abstention as an object of dispute in France, Germany and Switzerland after 1945. My PhD dwelt on the history of election campaigns in Switzerland. Life has brought me from Marseilles to Rennes, Francfort/Oder, Fribourg (Switzerland), and now back to Paris!

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search