L’écriture scientifique comme processus collectif: Lancement d’une retraite d’écriture en ligne pour jeunes chercheur.se.s

Mise à jour du 2 février 2020: depuis novembre, on a déjà fait trois ateliers et c’est vraiment un moment très sympa et utile. On a fait un calendrier pour tout le semestre, cf. ci-dessous! Pour recevoir le lien de connexion, il suffit de  me contacter (zkergomard at dhi-paris.fr) et /ou rejoindre cette liste de diffusion qui permet aussi de prévoir des retraites quand on veut et échanger sur nos expériences.

  • 8 février 2021, 9:30-12:00
  • 1 mars 2021, 9:30-12:00
  • 12 avril 2021, 9:30-12:00
  • 3 mai 2021, 9:30-12:00
  • 7 juin 2021, 9:30-12:00

La grande nouvelle pour commencer: si vous avez un projet d’écriture en cours (un chapitre, un article, ou un autre type de texte), et envie d’écrire en groupe et de réfléchir à votre processus d’écriture, rejoignez-nous pour une retraite d’écriture en ligne le 9 novembre de 9h30 à 12h (heure de Paris)! Cet atelier est ouvert à toutes et tous, depuis n’importe quel lieu ou pays. On utilisera Bigbluebutton qui a une option tchat, donc vous pouvez participer sans micro et vidéo tant que vous pouvez nous entendre.

Voici le format que je vous propose: On commence par une introduction, des petits exercices d’écriture, puis on se fixe des objectifs. À 10h, on écrit! A 10h45, on fait une pause-café virtuelle. A 11h, on écrit de nouveau. A 11h45, on fait le point sur nos avancées et on planifie la suite de notre projet d’écriture. Préparez juste de l’eau, un projet d’écriture et vos notes pour pouvoir écrire, installez-vous, éloignez toutes les distractions (notifications ect.), inspirez, et c’est parti!

D’où sort cette idée étrange?

En début d’automne, j’ai eu le grand plaisir d’animer avec mon collègue Niels May de l’Institut historique allemand un atelier d’écriture franco-allemand organisé par le CIERA (Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne). Pendant une semaine, nous avons écrit mais aussi discuté, de l’écriture comme processus itératif, des différences de culture académique entre France et Allemagne, mais aussi entre disciplines des sciences humaines et sociales. Je me suis replongée à cette occasion dans la vaste littérature autour de l’écriture scientifique – j’avais déjà travaillé sur la question pendant mon diplôme en didactique universitaire. Un livre en particulier m’a beaucoup inspiré: le manuel de Rowena Murray et Sarah Moore ((Murray, Rowena; Moore, Sarah: The Handbook of Academic Writing. A Fresh Approach, Maidenhead, England, New York 2006.)). Là où certains manuels anglo-saxons visent une course à la productivité individuelle, elles proposent de repenser l’écriture scientifique dans un cadre collectif pour en faire véritablement une activité intellectuelle enrichissante et tournée vers l’échange des savoirs (ce que ça devrait être à la base, non?) Le livre propose plein de pistes de réflexion individuelles mais aussi des idées plus collectives, voire politiques, pour changer la manière dont nous envisageons l’écriture à l’université.

Une de leurs propositions, c’est justement la retraite d’écriture. L’idée, c’est de « bloquer » du temps dédié à l’écriture, d’écrire en groupe et d’en profiter pour en discuter, tant qu’à faire. A ma connaissance, ce format est mieux connu dans l’espace anglo-américain (et donc aussi au Québec) qu’en Europe continentale. Entre temps, certain.e.s ont proposé d’adapter ça aux contraintes actuelles, et donc de le faire en ligne. Au Québec, le projet Thèsez-vous propose des retraites en ligne en plus de retraites classiques et d’un espace de rédaction à Montréal. Leur site propose en plus des ressources intéressantes autour de l’écriture scientifique en français. C’est une infrastructure évidemment différente, avec des facilitateur.rice.s expert.e.s de l’écriture scientifique (d’ailleurs c’est payant). Ce que je voudrais proposer c’est plutôt un format « maison » bénévole en mode auto-géré – Rowena Murray et Sarah Moore ont des tas d’idées pour ça. Vu l’automne-hiver qui nous attend, ça me semble être une bonne option à essayer pour écrire en groupe depuis chez soi, et, qui sait, créer de nouvelles amitiés de recherche. Je tente un lundi matin parce que c’est souvent un moment de blocage personnel. Donc je lançe cette idée et je me réjouis de voir ce que ça vous donner!

J’en profite d’ailleurs pour créer une catégorie « Ecriture scientifique » sur ce blog. C’est un sujet qui m’intéresse beaucoup et sur lequel je voudrais bien écrire ici. A suivre donc!


Zoé Kergomard

Post-Doc Researcher at the German Historical Institute of Paris. In my new project, I look at abstention as an object of dispute in France, Germany and Switzerland after 1945. My PhD dwelt on the history of election campaigns in Switzerland. Life has brought me from Marseilles to Rennes, Francfort/Oder, Fribourg (Switzerland), and now back to Paris!

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 juin 2021

    […] organiser très facilement des petits évènements, comme le vernissage en ligne de mon livre, une retraite d’écriture en ligne mensuelle avec un groupe génial, ou encore une discussion avec des collègues romandes sur la publication de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search