En direct du Moulin d’Andé (1): Chouette, la retraite d’écriture du CIERA!

Comme je vous l’avais raconté l’année dernière, j’ai le grand plaisir d’animer à nouveau la retraite d’écriture annuelle du CIERA (Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne) avec mon collègue Niels May de l’IHA. Bon, officiellement, il s’agit d’un atelier d’écriture, mais c’est devenu une vraie retraite d’une semaine où le but est principalement d’écrire. On s’inspire du format des « writing retreat » proposé par Rowena Murray et Sarah Moore, qui consiste à « bloquer » du temps dédié à l’écriture, écrire en groupe et en profiter pour en discuter ensemble, tant qu’à faire. Ce format est très flexible et peut aussi être adapté en ligne, être auto-organisé par des chercheur*ses etc. C’est d’ailleurs ce que nous faisons depuis l’automne 2020 avec un petit groupe une fois par mois (pour s’inscrire c’est ici). C’est déjà très chouette mais ça vaut la peine que des institutions (coucou les écoles doctorales) investissent aussi dans des formats « résidentiels » plus longs (en plus, qu’est-ce que ça fait du bien de se retrouver en vrai !)

Au Moulin d’Andé, outre que le lieu est idyllique, on a une semaine entière devant nous et, en plus des phases d’écriture (le matin et en fin d’après-midi), on discute beaucoup (en début d’après-midi, pour conjurer le coup de barre de la digestion). On parle évidemment beaucoup du processus de recherche et de ses difficultés. Ça permet de libérer la parole, rompre l’isolement des chercheur*ses sur les petites hontes et autres rituels étranges dont parle si bien Howard Becker dans Writing for Social Scientists (traduit en français si vous préférez). C’est d’ailleurs bien ce que proposent Rowena Murray et Sarah Moore dans leur manuel d’écriture académique : repenser l’écriture scientifique dans un cadre collectif, pour en faire une activité intellectuelle enrichissante et tournée vers l’échange des savoirs (ce que ça devrait être à la base, non ?) C’est un levier à petite échelle pour contrer l’orientation individualiste, compétitive et toujours plus productiviste (publish or perish) de la recherche aujourd’hui.

Avec les participant*es, on réfléchit justement beaucoup aux différents genres d’écriture et à leur adéquation à divers lectorats et objectifs. Les carnets de recherche reviennent ainsi souvent dans nos discussions, déjà parce qu’ils ont eux-mêmes ouvert un espace de réflexion sans précédent sur la fabrique de la recherche (particulièrement dans l’espace francophone, où il y avait moins de ressources sur le sujet qu’ailleurs), mais aussi parce qu’ils permettent de « tester » différentes manières d’écrire hors des canons traditionnels. Une grande première d’ailleurs sur ce carnet : vu qu’on a écrit deux billets « en direct du Moulin » en parallèle, vous trouverez un billet « invité » rédigé par Marie-Anne Jagodzinski, participante à l’atelier, qui revient sur son parcours de thèse et l’intérêt justement des carnets de recherche pour les jeunes chercheur*ses.  

Avec notre groupe pluridisciplinaire et franco-allemand, on a aussi des échanges très riches sur l’écriture de la science, une opération trop souvent considérée comme transparente (présenter des résultats) alors qu’elle comporte nombre d’implications épistémologiques (par exemple, l’usage du « je »/ « on » ou encore l’usage de l’astérisque dans ce texte).1. Réfléchir à l’écriture, c’est ouvrir une boîte noire de la recherche pourtant essentielle pour la production des savoirs. Ça passe aussi par un regard « meta » sur son texte et les textes des autres, ce qui permet de décrypter des règles, attentes ou préférences collectives de sa communauté épistémique. On avance beaucoup en termes de réflexivité, du processus d’écriture lui-même jusqu’à la méthodologie, l’argumentation de la preuve, la place des matériaux primaires, l’utilisation de la littérature secondaire, le positionnement dans un ou plusieurs champs…

Une petite remarque de geek des questions interculturelles : Personnellement, j’aime bien parler de « groupe » ou « communauté », ou alors carrément de « champ » (disciplinaire), et pas seulement de « culture », qu’elle soit académique, linguistique ou disciplinaire2. Avec le concept de culture, j’ai toujours peur que l’on tombe dans des essentialismes dépersonalisés et ahistoriques (du style « telle langue pense comme ça ») – ou pire, des hiérarchisations plus ou moins implicites de différentes cultures à l’aune d’un standard (souvent occidental) de ce que devrait être la « bonne science ». S’il y a certainement des « normes » de l’écriture académique, elles ne sortent pas de nulle part, mais elles sont négociées (explicitement ou non) par des acteurs et/ou institutions situés dans des champs disciplinaires spécifiques (des jurys de thèse aux comités de lecture des revues). On sait également que les normes et préférences collectives évoluent très vite, à l’heure de l’internationalisation des sciences sociales3. Comme toujours, elles sont le produit de rapports de pouvoir (entre générations de chercheur*ses, entre disciplines, entre courants d’une même discipline, entre traditions nationales plus ou moins prestigieuses au niveau international…). Réfléchir sur ces attentes, ça peut vouloir dire s’y conformer quand elles nous semblent inévitables ou simplement utiles, les adapter à sa sauce, voire les contourner sciemment… ou un mélange des trois.

Et oui, grâce à ces discussions sur l’écriture scientifique, on peut aussi collectivement (re-)prendre le contrôle sur l’écriture et trouver sa voix !

 

  1. Pour repenser l’écriture en ce sens, j’aime beaucoup ce texte : Maryvonne, Charmillot: Penser l’écriture de la science, in: Hunsmann, Moritz; Kapp, Sébastien (dir.): Devenir chercheur: Écrire une thèse en sciences sociales, Paris 2013, pp. 155–170. Tout le livre est d’ailleurs très utile, avec une perspective critique sur les impensés du processus []
  2. Deux références qui m’ont inspirée sur ces questions : Chemla, Karine; Keller, Evelyn Fox (dir.): Cultures without Culturalism: The Making of Scientific Knowledge, 2017, pp. 99–116 ; Lamont, Michèle: How Professors Think. Inside the Curious World of Academic Judgment, Harvard 2009. []
  3. Pour un bon apercu de ces questions d’un point de vue linguistique, Chitez, Madalina; Kruse, Otto: Writing Cultures and Genres in European Higher Education, in: Montserrat, Castelló; Donahue, Christiane (dir.): University Writing: Selves and Texts in Academic Societies, Emerald 2012, pp. 151–175. []

Zoé Kergomard

Post-Doc Researcher at the German Historical Institute of Paris. In my new project, I look at abstention as an object of dispute in France, Germany and Switzerland after 1945. My PhD dwelt on the history of election campaigns in Switzerland. Life has brought me from Marseilles to Rennes, Francfort/Oder, Fribourg (Switzerland), and now back to Paris!

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search