En direct du Moulin d’Andé (2) : Comment les blogs scientifiques ont sauvé ma thèse

Marie-Anne Jagodzinski

Derrière ce titre accrocheur se cache une petite révélation vécue en première année de thèse en histoire de l’art. Les moments de doute sont fréquents chez chacun, nul besoin pour cela d’être chercheur*se. Aussi naïf que cela puisse sembler, je pensais pourtant être la seule à hésiter à ce point face à la thèse.

Il y a d’abord eu la question d’en faire une ou non. Puis celle de savoir pour quel sujet me décider (j’en ai alors contemplé trois, mais aujourd’hui encore je continue d’en imaginer près d’une douzaine par semaine…). Enfin, outre l’habituel tourbillon d’idées accompagnant la lecture ou l’écriture scientifique, a surgi la question existentielle des nuits sans sommeil : continuer la thèse ou bien se réorienter ? Face à mes doutes, trois types de faux-amis en rajoutaient une couche :

  • mon premier camarade doctorant, systématiquement extatique quand il parlait de son sujet (lequel bien sûr me paraissait des plus obscurs) ;
  • une autre doctorante en revanche taiseuse et peu désireuse de parler de son expérience ;
  • mon entourage proche, dans l’ensemble thèse-less et surtout clueless quant à mon entreprise.

Ah oui, et l’isolation entraînée par les confinements et fermetures de bibliothèques, cf. la COVID-19.

En fait d’émulation intellectuelle, je ressentais un grand sentiment de vide face à mon redoutable projet. Bref, je pensais avoir raté ma vie, et le manuel d’Umberto Eco sur comment écrire sa thèse ne me remontait plus le moral. Je cachais par ailleurs à ma directrice de thèse le fait que j’avais de tels doutes, tout simplement par honte je crois.

Et puis un jour, à force de végéter tristement sur la question de poursuivre ou non, j’ai cherché des témoignages de thésards sur Google, histoire de trouver des gens souffrant des mêmes symptômes et j’ai enfin trouvé. Je suis tombée sur les blogs Devenir historien et La Boîte à outils des historiens. Leurs conseils méthodologiques, leur partage d’expériences bonnes ou mauvaises, les outils numériques dont ils fournissaient le mode d’emploi, tout cela m’a restimulée et dissipé mes doutes les plus toxiques. Au final j’ai compris plusieurs choses cruciales :

  • ce genre de passages à vide est naturel non seulement au début, mais aussi pendant (et même après) la thèse. Il faut surtout veiller à éliminer les pensées les plus limitantes (ex. : on ne peut pas faire une thèse tout en réfléchissant à comment en sortir) ;
  • clarifier son sujet (termes-clés, problématique, axes, amorce de plan) permet de se l’approprier et de se sentir considérablement mieux dans sa tête thèse ;
  • il ne faut pas rester isolé(e), mais au contraire s’entourer de thésards ou autres chercheurs aux expériences similaires (quitte à ce que ce soit d’abord grâce aux blogs).

Le but de ces blogs scientifiques est précisément de nous faire démystifier, dédramatiser et déculpabiliser l’expérience de la recherche. Ils nous donnent enfin l’occasion de voir les coulisses du quotidien d’un chercheur*se, que nos directeurs*trices n’ont pas forcément le temps ou l’envie de dévoiler.

Qui plus est, c’est par ces blogs que l’on découvre des réseaux d’entraide, des journées doctorales et autres offres d’accompagnement de thèse, ce qui est toujours utile pour se motiver.  Alors lancez-vous !

(Ceci était un billet de blog vous incitant à lire des billets de blog !)

 

Doctorante en histoire de l’art et du livre, j’étudie l’influence du livre orné sur les arts décoratifs au tournant 1900 européen, et je suis sur le point de commencer ma deuxième année de thèse. La retraite d’écriture du CIERA animée par Zoé et son collègue Niels May était pile ce qu’il me fallait pour bien démarrer l’année, améliorer mes pratiques d’écriture et échanger avec des chercheur*ses passionnants. Je compte bien participer à d’autres retraites de ce type d’ici la fin de ma thèse !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search