Des nouvelles de l’après-thèse

Oui, ce beau pays de cocagne existe bel et bien et me permet enfin de penser à autre chose qu’à mon « monstre » (ou mon manuscript de 450 pages). Une de mes envies depuis longtemps, c’était de reprendre ce carnet de recherche – en fait, je l’ai commencé sans doute trop tard dans le processus de rédaction de thèse, ce qui fait que je l’ai vite délaissé pour « vraiment » rédiger. Mais l’après-thèse devrait mieux se prêter à bloguer. Donc pour commencer, je voulais faire un petit état des lieux.

J’ai rendu avec un grand bonheur le 4 septembre dernier, ce qui méritait bien la photo obligatoire (merci à Niels. Ça ne se voit pas trop dessus mais j’avais dormi 2 heures la nuit précédente). Au total, je suis assez contente de ma dernière (et cinquième) année de thèse. Certes, j’aurais du rendre… en février, et pas en septembre, mais bon, six mois dans une vie, c’est pas grand chose. Disons qu’encore une fois dans ma courte vie, l’adage suivant a prévalu: Planification irréaliste 3 – Zoé 0. Enfin j’ai quand même réussi à travailler bien sans trop de stress, et je suis à peu près contente du résultat. L’aide de mes correctrices et correcteurs a été incomparable (j’en reparlerai bientôt). Et sinon, j’ai développé une hygiène de vie relativement monacale, mais ça m’a permis d’avancer (même avec du retard!) et surtout de ne pas paniquer: lever à 5h30 ou 6h, petit déj et démarrage tranquillou, travail jusqu’à 19h entrecoupé de pauses régulières. Le blocage d’internet installé par mon cher et tendre a eu raison de mes tendances procrastinatiques – quand je bloquais, je sortais me promener autour de chez nous (but classique: la « montagne puante » ou montagne-poubelle d’Oberwinterthour, rassurez-vous c’est assaini et très chouette, on voit même les Alpes quand il fait beau). Et je me suis fait un beau programme de podcasts (coucou France culture et NPR!) et de films pour relâcher la pression. J’avais du mal à parler au « monde extérieur » (mes sujets de conversation variant peu), mais j’en étais pas non plus coupée! Même si mes proches n’ont pas toujours compris mes problèmes et blocages, leur soutien a été essentiel – et ils ont aussi été très soulagés que je rende…

Depuis, j’ai repris une vie sociale et me retrouve même à me coucher tard (genre, même après minuit!), ce qui m’était pas arrivé depuis longtemps. Simplement, comme j’ai encore une forte tendance à faire des plannings irréalistes, je me suis retrouvée coincée entre articles à finir et candidatures à envoyer, parce que même après avoir rendu, il faut bien manger aussi. Mais dans l’ensemble, l’après-thèse, c’est vraiment chouette – je n’aurais jamais cru écrire ça, mais je trouve que dans l’ensemble, la thèse m’a poussée à encore plus profiter de la vie (justement quand il ne faut pas travailler!)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *