À propos

Zoé Kergomard (bio)

Marseillaise de coeur, je suis maintenant de retour en France (à l‘Institut historique allemand) pour un nouveau projet de recherche sur les réactions des élites politiques face à la montée de l’abstention dans l’après-guerre. Auparavant, j’ai passé 6 ans en Suisse pour ma thèse sur les campagnes électorales dans la Suisse de l’après-guerre dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Fonds national suisse. J’ai un parcours assez interdisciplinaire: une maîtrise en droit, puis un master en Etudes européennes à l’Université européenne Viadrina de Francfort sur l’Oder qui m’a notamment amenée à travailler sur l’extrême droite en France et en Suisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *